Partagez|

#ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Lun 25 Avr - 16:56



"Enfin seule ! pensa Ilya avec un soupir de soulagement."

On était en plein après-midi, et le soleil régnait haut dans le ciel, diffusant ses rayons éclatants sur les îles de Gamatoth et imprégnant ses habitants d'une douce chaleur bienveillante.
Par ce beau temps, Flathorp était rempli de monde : on pouvait y trouver des habitants de toutes les castes de Ballan, et même de nombreux Omna y étaient présents. C'était normal, car cette saison constituait le moment préféré des marchands nomades Ballan qui affluaient pour ouvrir leurs boutiques, et bien sûr des acheteurs venus de toute part afin d'y faire des affaires.
Même si cela montrait l'impressionnante grandeur de la ville principale des Ballan et l'activité florissante qui s'y développait, Ilya aurait préféré qu'il y ait moins de monde : les assassins et les espions s'y cachaient plus facilement, se faisant passer pour de simples habitants. De plus, il était toujours plus dur de combattre tout en faisant attention à ne blesser aucun civil.

La jeune espionne venait de terminer à sa grande satisfaction la mission qui l'avait amenée à Flathorp. Celle-ci était particulièrement ennuyante, car en plus de l'amener dans cette fourmilière géante elle consistait à traquer de nombreux groupes d'assassins, qui il fallait l'avouer lui avaient donné bien du fil à retordre. Mais la prime qu'elle pouvait gagner en la réussissant valait bien tous les efforts qu'elle devait fournir.
Ilya s'apprêtait à rejoindre sa sœur sur l'île de Phénétris, mais avant de partir elle devait rencontrer son employeur afin de recevoir sa récompense. Il lui restait donc du temps libre pour faire ce que bon lui semblait. Elle avait alors décidé de trouver un endroit tranquille où personne ne la dérangerait afin de se reposer, loin de toute l'agitation de la ville, et c'est naturellement qu'elle s'était rendue dans l'une des forêts qui se trouvait près de Flathorp. Après avoir marché quelques minutes, elle trouva finalement le lieu idéal : une clairière calme et paisible où les rayons du soleil poudroyaient à travers la fine végétation. Elle s'adossa au tronc d'un arbre massif et ferma un moment les yeux, prise d'une douce somnolence. Son familier Reyth, lui, s'amusait à pourchasser les petits insectes qui volaient avec des grognements de plaisir.

La jeune femme profita de ce moment de paix pour songer à sa sœur Aurore qu'elle n'avait pas vue depuis longtemps. Qu'était-elle devenue ? Que faisait-elle en ce moment ? Ilya se faisait constamment du souci pour elle : elle n'avait jamais compris la raison pour laquelle celle-ci finissait toujours par se retrouver dans des situations problématiques, voire désastreuses. Alors, avant de partir en mission, elle lui avait demandé ou plutôt ordonné de ne jamais se retrouver seule, ce qui réduirait considérablement les risques qu'elle se mette en danger. Ainsi, elle était un peu rassurée pour sa sécurité, malgré le fait qu'elle était presque certaine qu'Aurore n'avait prêté qu'une oreille distraite à ses recommandations. Sa sœur était tout de même une Elaspen : ses pouvoirs la permettraient de se sortir de la plupart des situations, tant qu'elles n'étaient pas trop dangereuses.
Seul un point assez agaçant tracassait encore Ilya. Un point qui avait un nom : Freedze. À chaque fois qu'elle pensait au visage détestable de cet Omna qui ne lui inspirait que méfiance, elle sentait des envies de violence naître dans son esprit. Même si elle savait tout ce qu'il avait accompli et la réputation qu'il avait acquise, la jeune femme ne lui aurait fait confiance pour rien au monde. Et comme par hasard sa sœur semblait s'être attachée à lui. Décidément, même ses fréquentations étaient critiquables.

Ilya se leva d'un bond, surprenant Reyth qui arrêta de jouer et la regarda d'un air intrigué. Impossible de se reposer, elle avait besoin de bouger pour chasser l'image de Freedze dans sa tête. Cela lui permettrait en même temps de s'entraîner, ce qui n'était finalement pas plus mal : elle avait besoin de perfectionner sa technique de combat à distance.

Elle dégaina ses deux dagues d'un geste rapide et précis, désigna ses cibles en traçant une croix sur des troncs d'arbre, puis se plaça au centre de la clairière avant de commencer son exercice. Elle lança ses dagues qui se figèrent tous les deux dans les croix, puis d'un mouvement souple les récupéra et les projeta aussitôt sur deux autres troncs marqués. Elle continua ensuite son entraînement en imaginant que des ennemis l'attaquaient, et enchaîna des esquives tout en visant ses cibles.

Mais à un moment la jeune femme rata son lancer : sa dague fila comme une flèche et se perdit entre les arbres sous son regard affolé.

"Mince ! pesta-t-elle en réarrangeant sa frange qui avait été dérangée pendant son exercice."

Elle lança un regard noir à Reyth qui la fixait en ricanant.

"Et toi ne te moque pas de moi !"

Puis elle partit à la recherche de son arme, suivie de son familier.



Quand on parle du loup...


made by DIDI FARL for OZDRAYUS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Mer 27 Avr - 12:37

LIEU: chaîne de forêt
MOMENT: en plein après-midi
METEO: grand soleil
FEAT: Ilya
TITRE: Quand on parle du loup
welcome on my world, it is a pleasure to rp with you dear partner.
"mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance"
(proverbe touareg)

Pour une fois que le grand leader pouvait respirer et se retrouver seul, il décida d’en profiter pour se promener un peu dans la nature. Plus précisément, dans la chaîne de forêt qu’il appréciait tout particulièrement en raison de sa grande diversité d’arbre et d’animaux. On pouvait autant croiser beaucoup de personne, ou tout autant se retrouver totalement seul dans un silence naturel. Freedze ne s’était pas rendu dans ces lieux depuis bien des siècles désormais. Il était possible de considérer cela comme un retour aux sources.

Marchant dans les bois, Freedze n’entendait alors que les bruits des animaux et de son familier Pelonna. Cela faisait un bon moment qu’ils n’avaient pas pu prendre du bon temps à flâner quelque part. Son A’Grien voletait partout autour de lui et poussait des petits cris de joies. Freedze soupira de soulagement, prenant en compte les ressent évènements, il ne s’en sortait pas si mal. Tandis que l’Omna se perdait dans ses pensées, son animal de compagnie s’amusa avec une fleur trouvé à même le sol.

Cependant, Freedze sentit soudain quelque chose de mou et doux foncer contre son visage. Ne comprenant pas, il se stoppa et enleva la boule. C’était Pelonna qui semblait un affolée. Intrigué, il se contenta d’un:

« Mais qu’est-ce qui t’arrive toi encore ? »


Puis une dague vint fendre le vent afin se planter dans un arbre. La lame brillante scintillait tandis que l’Omna prit sur lui pour ne pas hurler ce à quoi il pensait sur le moment. *Q… Qui c’est le débile qui lance sa dague n’importe où ?* Parce que oui, personne d’autre ne se trouvait dans le coin. Alors pas la peine de se prendre la tête, c’était soit une lame perdue, soit une personne qui voulait la tête de Freedze. Dans tous les cas, cela ne sentait pas bon pour lui. *Bon, évitons encore les ennuis, cette fois je ne vais pas attendre pour savoir qui c’est.*

Très bonne idée dirions-nous, pour une fois, il était préférable de prendre les devant ! Néanmoins, c’était sans compter sur la curiosité de son familier que Freedze avait prit sa décision.

Pelonna s’était entiché de l’arme sans même que Freedze ne s’en rende compte. Intrigué par la lumière de la lame, la petite créature s’était posé dessus pour la sentir. Apparemment cela lui plaisait, si bien que l’A’Grien se posa contre, tranquillement et poussa un petit cri de satisfaction. Entendant cela, l’Omna se retourna pour découvrir la situation. S’énervant, l’homme de petite taille vit rapidement ses poils s’iriser tandis qu’il grogna:

« Pelonna ! Je peux savoir ce que tu fais encore ? Cette lame appartient à une personne qui va venir la cherche, et tu ne sais même pas où ça a trainé alors vires de là ! »


Comme à son habitude, il s’énervait. En même temps, Freedze ne pouvait pas trop en faire autrement… son familier ne lui obéissait pas vraiment. Quand il s’agissait de chose vraiment importante certes il le faisait, mais quand la bestiole avait décidé de rester quelque part, la situation devenait plus difficile.

Freedze entendit du bruit. Se reprenant et devenant très attentif, l’homme à la chevelure blanche ajouta à son familier:

« Ah, c’est sans doute le propriétaire de la dague. Merci encore Pelonna, je sens les problèmes arriver. »


Le familier poussa un petit cri de satisfaction. Sadique.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Jeu 28 Avr - 18:41



En ce moment, la forêt semblait déserte. Toutes les créatures avaient disparues dans la végétation dense, la laissant dans une atmosphère calme, paisible et silencieuse. Ou presque. Car si on tendait l’oreille, on aurait perçut les bruits de pas rapides qui, malgré leur légèreté, restaient tout de même audibles. Était-ce une proie fragile essayant d’échapper à son poursuivant ? Non, une espionne qui cherchait son arme.

Ilya courait comme si sa vie en dépendait. Elle devait à tout prix retrouver ce qu'elle avait perdu. Après Aurore, Reyth et les quelques personnes à qui elle tenait, ses dagues étaient ce qu’elle avait de plus précieux. Elles renfermaient tout se qu’elle avait vécu, tout ce qu'elle avait enduré, tous ses souvenirs. Elles représentaient ce qu’elle était, ce qu’elle était devenue, et probablement ce qu’elle serait. Sans elles, la jeune femme aurait été morte au moins une centaine de fois.
Bien sûr, à cause de son métier et des risques qu’il comportait, elle s'était préparée à la fatalité qu’un jour elle serait peut-être obligée de  s'en séparer : malgré leur résistance exceptionnelle, il était tout de même possible de les briser. Mais Ilya ne se serait jamais imaginée qu'elle aurait pu égarer l'une de ses dagues dans une forêt, juste parce qu'elle avait été assez idiote pour rater son lancer.

"Et pas un seul arbre pour la stopper... Je commence vraiment à croire que je suis maudite…"

Reyth, quant à lui, s'amusait bien en voyant l’ennui de sa maitresse. Il lui lançait de temps en temps des petits coups d'œil ironiques, ce qui ne manquait pas de l'agacer. Ilya se força à calmer le sang qui commençait à bouiller dans ses veines pour ne pas répondre à ses provocations. Autrefois, elle avait l'habitude de se chamailler avec son frère jumeau, mais en grandissant elle s'était rendue compte que la colère était une émotion inutile qui ne faisait que l'entraver.

"Tu sais que tu ressembles de plus en plus à Noah toi, murmura-t-elle sans vraiment s'adresser à son familier, qui lui jeta malgré tout un regard intrigué."

Soudain, elle aperçut quelque chose de brillant qui scintillait à la lumière du soleil. Ilya sentit son cœur cogner dans sa poitrine : elle avait retrouvé sa dague ! Celle-ci s’était fichée dans le tronc d’un arbre mais… quelque chose n’allait pas. En effet, un A’Grien était pelotonné contre l’arme, et visiblement n’était pas prêt de s’en aller.

En le voyant, la jeune femme hésita un instant, puis décida d’employer la manière forte pour le faire déguerpir. Elle devait absolument reprendre ce qui lui appartenait, et ce n’était pas une petite bestiole qui allait l’arrêter. Elle n’était pas comme sa sœur, qui se serait extasiée devant la boule de poils et se serait précipitée pour le caresser, mais un assassin qui n’avait pas de temps à perdre avec des choses futiles et sans intérêt. Alors, si l’A’Grien ne voulait pas partir de là, il allait en payer les frais.

Ledit assassin dégaina la dague qui lui restait affin d’effrayer la pauvre créature pour la déloger, mais suspendit brusquement son geste. Elle venait de se rendre compte d’un détail, que son esprit avait au départ tout simplement refusé d’admettre l’existence. Un petit détail qui avait tout de même une certaine importance, car il s’agissait du leader des Omna, Freedze. Et si Freedze était ici, cela voulait dire que l’A’Grien qu’elle venait de menacer n’était autre que… son familier.

Un silence interminable suivit cette conclusion catastrophique. Ilya baissa lentement son arme et se contenta de chuchoter d’une voix si basse qu’elle devenait presque inaudible :

"Oh non, pas le petit grincheux..."



Quand on parle du loup...


made by DIDI FARL for OZDRAYUS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Jeu 5 Mai - 14:32

LIEU: chaîne de forêt
MOMENT: en plein après-midi
METEO: grand soleil
FEAT: Ilya
TITRE: Quand on parle du loup
welcome on my world, it is a pleasure to rp with you dear partner.
"mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance"
(proverbe touareg)

La suite des évènements se déroula si rapidement que Freedze eut juste le temps de réagir en se mettant sur la défensive. Mains sur sa lame, il la dégaina rapidement afin de se protéger mais la lame adverse vint en direction de son familier qui ne semblait pas gêné par la situation. Contre toute attente, l’arme ennemi se stoppa à quelques centimètres de son familier. Là, à cet instant alors que le temps semblait s’être légèrement mit à ralentir, Freedze découvrit à qui appartenait la dague plantée dans l’arbre. La lame tenue par la jeune femme et celle dans l’élément naturel était les mêmes, aucun doute à avoir dans ce cas.

Fronçant les sourcils, Freedze rangea sa lame. On pouvait clairement dire qu’il était mécontent de la voir. Cette femme devait tout autant l’apprécier qu’il ne le faisait à son égard. Franchement, pourquoi est-ce que ces deux personnes se rencontraient alors que le constat était flagrant: ils ne se supportaient pas ni l’un, ni l’autre. Une fois son arme complètement dans son fourreau, l’homme à la chevelure blanche enleva sa main de dessus, se redressa de toute sa hauteur et dit d’un ton ferme:

« Pelonna, maintenant que la propriétaire de la dague est là, enlèves-toi de dessus. Nous partons. »


Son regard était froid. Pas la peine de faire un dessin pour démontrer à quel point Freedze ne voulait pas rester ici avec cette femme. Cependant, une discussion se serait sans nul doute avéré bien intéressante. Ce n’était pas tous les jours que les deux des personnes les plus proches d’Aurore se retrouvaient dans un lieu calme et sans la présence de la principale intéressée. L’omna aurait volontiers exprimé son désir de ne plus avoir la jeune Ballan dans ses pattes, mais à quoi bon ? Cela n’aurait fait que relancer l’éternel débat. Ezor lui avait confié la petite, ce n’était pas pour rien. Freedze voulait faire face à ses responsabilités, même si les autres jugeaient qu’en réalité ce n’était pas de son ressort. Bien souvent on lui avait confié des choses auxquelles il n’aurait du prendre part et pourtant, Freedze faisait avec.

Pelonna poussa un petit bruit de mécontentement. Mais suite au ton autoritaire de son maitre, le familier ne put désobéir, sentant les tensions qui en ressortaient. L’animal vola donc jusqu’à l’épaule de son maitre où il s’installa confortablement afin de piquer un petit somme. Très utile, une fois de plus, Freedze soupira. Il se contenta de porter son regard, un froid et empli d’agacement sur Ilya afin de lui ajouter:

« Sur ce, au revoir. A moins que vous ne souhaitiez encore essayer de vous en prendre à mon familier. »


Et sur ce dernier point, son regard devint furieux. Freedze n’avait jamais accepté qu’il soit possible que certaines personnes utilisent la force sur des êtres faibles par pure facilité. Pourquoi ne pas juste demander à l’animal ? Pourquoi tant vouloir toujours user de la manière forte ? Pour l’Omna, ces personnes n’étaient que des brutes épaisses, des êtres qu’il n’appréciait pas le moins du monde.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Ven 6 Mai - 11:07



En voyant Freedze, Ilya pinça les lèvres et attendit  une tempête de reproches… qui ne vint pas. Non, l’Omna se contenta de ranger son arme et de rappeler son familier, qui alla se nicher sur son épaule. La jeune femme aurait pu se sentir soulagée de s’en tirer à si bon compte, mais les yeux de Freedze où brulait une colère froide la mirent mal à l’aise.  Refusant de flancher, Ilya soutint son regard et en profita pour l’examiner. Même taille, mêmes cheveux blancs, même allure froide et distante : depuis leur dernière rencontre, qui remontait à un certain temps, il n’avait pas changé.
La jeune femme s’était souvent demandée pourquoi il lui inspirait une telle méfiance et comment faire pour qu’ils puissent s’entendre. Après tout, il était proche de sa sœur et elle aurait pu en faire un allié. Mais c’était le contraire qui s’était produit. Ilya ne pouvait, n’arrivait pas à lui faire confiance. En effet, tout les séparait : ils n’avaient pas les mêmes convictions, les mêmes points de vue, et leur seul point commun n’était autre que leur froideur, ce qui n’arrangeait pas les choses. Leur relation n’avait donc pu partir sur de bonnes bases, et s’était envenimée à chaque rencontre.

Mais que faisait Freedze ici ? Le croiser dans cet endroit étonnait Ilya, qui l’aurait plutôt imaginé en train de combattre dans un donjon, mais pas dans une forêt paisible. La douce atmosphère qui régnait en ce lieu écartait les sentiments négatifs qui naissaient en la Ballan. Ainsi, elle avait du mal à ressentir l’agacement et la colère qui l’envahissait à chaque fois qu’elle voyait l’Omna aux cheveux blancs. Certes, ces émotions étaient encore présentes, mais elles étaient comme refoulées dans un coin de son esprit, l’empêchant de s’emporter. De plu,=s, elle ne pouvait éprouver sa méfiance habituelle, qui ne se manifestait que lorsqu’Aurore se trouvait en sa présence. Freedze n’était donc pour l’instant plus un sujet d’inquiétude pour sa sœur.

Ce fut à ce moment qu’un souvenir remonta brutalement dans sa mémoire : la rumeur concernant un complot qui visait un Ballan issu d’une grande famille; Quelques jours auparavant, Ilya avait appris qu’elle était bien fondée. Elle n’avait pas encore réussi à déterminé qui précisément était vié, mais ce plan meurtrier était apparemment d’une très grande importance. Et si Aurore était en danger ? Le projet de meurtre d’une Elaspen aurait très bien pu être à l’origine de ce tel retentissement dans le monde des assassins…
Maintenant, Ilya ressentait une réelle peur pour sa sœur. Cela faisait si longtemps qu’elles ne s’étaient pas vues, et même si la jeune espionne savait que rien de fâcheux n’était arrivé, elle ne pouvait être au courant des potentiels dangers qu’Aurore aurait pu courir en son absence.
Alors qu’elle sentait l’inquiétude monter en elle, la voix glaciale de Freedze trancha le fil de ses pensées et la ramena au présent :

"Sur ce, au revoir. A moins que vous ne souhaitiez encore essayer de vous en prendre à mon familier."

Puis il s’apprêta à partir : il ne voulait probablement pas rester une seconde de plus en sa présence. C’était normal, il ne l’aimait pas et c’était réciproque. Mais Ilya sentit alors une force indéfinissable la pousser à le retenir. Une peur liée à sa sœur la taraudait, et son instinct lui disait que l’Omna pourrait lui apporter quelque chose d’important. Quoi ? Elle n’en avait aucune idée, mais elle savait qu’il ne fallait surtout pas qu’il parte tout de suite.

"Attends Freedze. J’ai quelque chose à te demander, dit-elle, mue par une soudaine impulsion."

Puis elle marqua une pause, étonnée par sa propre audace. Mais son instinct la trompait rarement, et ce n’était surtout pas son amour-propre qui aurait pu l’empêcher de l’écouter.

"As-tu vu Aurore récemment ? Comment va-t-elle ?"

Ilya lui avait demandé cela doucement : elle savait que l’Omna n’aurait aucun problème à l’entendre grâce à son ouïe, mais elle ne voulait surtout pas qu’il perçoive l’inquiétude qui transparaissait dans sa voix.



Quand on parle du loup...


made by DIDI FARL for OZDRAYUS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Lun 9 Mai - 18:15

LIEU: chaîne de forêt
MOMENT: en plein après-midi
METEO: grand soleil
FEAT: Ilya
TITRE: Quand on parle du loup
welcome on my world, it is a pleasure to rp with you dear partner.
"mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance"
(proverbe touareg)

Freedze était sur le point de partir mais il ne put le faire, une fois de plus, à sa plus grande tristesse, il se retrouvait confronté à une personne qu’il ne voulait pas. Attendre, encore ? Pourquoi diable, hein ? *Qu’est-ce qu’elle me veut encore celle là ?* Freedze se retourna force des choses, il voulait malgré tout savoir pourquoi cette jeune femme voulait lui parler. Pire, savoir le désir de sa demande. On parie sur une idée déplaisante pour l’Omna ?

Ilya semblait avoir fait une pause. Freedze la regarda de son air mauvais. *Mais qu’elle se dépêche.* Heureusement que Pelonna était présent pour lui remonter le moral. La petite créature vint se frotter à la joue de Freedze en poussant des petits bruits agréable, comme une légère mélodie.

Freedze expira profondément en fermant ses yeux. Il redressa la tête, plus serein tout en croisant ses bras et attendit la fatidique question. Autant le dire, l’Omna ne fut pas au bout de ses surprises. Quand il entendit le tout, il fut tellement déconcerté qu’il chancela. L’homme n’était pas sur d’avoir bien entendu. *… Non mais… elle est sérieuse là ?* Regardant la jeune femme avec stupeur, il s’appuya sur ses deux pieds bien fermement et ouvrit la bouche pour répondre. Sauf qu’aucun song ne sortait. Du coup, il la referma et réfléchit un moment. *Non… la connaissant, impossible qu’elle se moque de moi. Est-ce qu’elle recherche des renseignements sur ce que je sais de sa soeur ? Ce n’est pas logique… Bah, je n’ai qu’à dire la vérité… de toute manière dans tous les cas, ça annonce les ennuis.*

Soupirant, le petit « géant » des Omna se frotta la tête pendant que son familier s’installa confortablement sur une branche d’arbre non loin. Freedze porta son regard sérieux sur Ilya et lui dit:

« La dernière fois que je l’ai vu c’était il y a un peu plus d’une semaine je dirais. On a eut une confrontation avec des Salamandres et j’ai du l’emmener pour qu’elle soit soigné suite à une blessure au bras mais le médecin ne trouva rien d’alarmant. Pourquoi ? »


Oups, voilà sans doute ce qu’il aurait dû éviter, le « pourquoi » qui déclencherait sans nul doute bien des ennuis. Freedze sentait déjà venir tout un tas d’information, une demande d’aide ou de menace afin de savoir exactement si tout était vrai. Bref, la totale qui allait vite lui mettre les nerfs à vif. Il espérait juste que ce n’était rien car malgré lui, l’Omna s’inquiétait pour la jeune femme.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Jeu 12 Mai - 16:02



Des salamandres... Qu'est-ce qu'Aurore pouvait faire dans un endroit ou rôdaient des salamandres, qui ne se trouvaient qu'à Flathorp ou dans les Ruines d'Ozyhoèp ? Freedze avait dit que l'incident remontait il y a une semaine. Or, Ilya se trouvait à Flathorp à ce moment-là. Par conséquent, il était impossible que sa sœur se trouvait dans cette ville, car elle en serait immédiatement avertie. L'affrontement s'était donc forcément déroulé dans les Ruines, qui étaient un lieu plutôt... insolite pour une Elaspen. Ilya pouvait facilement imaginer comment Aurore s'était retrouvée face à ces créatures, c'est-à-dire en suivant Freedze jusqu'au bout de l'univers sans se préoccuper une seconde de sa sécurité. Evidemment, le leader des Omna pouvait facilement la protéger, mais il aurait quand même pu lui dire de partir. Car il devait savoir que les lieux où il se trouvait la plupart du temps n'étaient pas vraiment tous recommandables pour la plus jeune des Elaspens, et ils auraient très bien pu tomber sur un monstre beaucoup plus puissant...

"Quel imbécile inconscient ! pesta-t-elle intérieurement."

Mais le moment de s'énerver contre le petit homme n'était pas encore venu, même si la jeune espionne saurait ressortir cette histoire en temps voulu. De plus, elle pouvait au moins se rassurer sur un point : il n'y avait aucun signe de complot mis en place par de dangereux assassins. Alors pour l'instant, alors que le danger semblait avoir été à peu près écarté, elle devait essayer de trouver la raison de la peur qu'elle avait ressenti il y avait un instant. Pourquoi Freedze était concerné par sa mystérieuse intuition ? Pour expliquer cela, elle avait besoin de tous les informations qu'il pourrait lui fournir, et il fallait donc éviter le plus possible la confrontation. Et comme le jeune homme semblait vouloir accepter le dialogue malgré son animosité pour elle, Ilya lui devait tout de même quelques explications...

"Bien Freedze, tout d'abord je tiens à te dire que tu n'as pas intérêt à te mêler de cette affaire, sinon je m'occuperai personnellement de toi."

Pour donner plus de poids à sa menace, elle lui lança un regard rempli de détermination et de colère : même si elle savait qu'elle ne faisait pas le poids, la Ballan voulait l'avertir qu'elle pouvait encore lui apporter quelques ennuis... 

"Ensuite, j'aimerais que tu gardes les informations que je vais te donner pour toi, premièrement parce qu'il est primordial que je dois rester discrète, deuxièmement parce que je ne veux pas que tu inquiètes Aurore. Pour t'expliquer la situation brièvement, je crois qu'Aurore..."

Sa phrase resta en suspens, car Reyth, qui était descendu de l'arbre dans lequel il jouait, lui toucha la jambe pour attirer son attention. En guise de réponse face au regard intrigué qu'elle lui lança, il passa une main juste en dessous de son menton, puis cligna des yeux une fois. Enfin, il s'immobilisa d'un air satisfait. Ilya comprit aussitôt ce que son familier voulait lui dire : ils avaient mis au point un langage qui leur permettaient de communiquer sans que les autres personnes puissent les comprendre. Et là, le Nohr venait de l'avertir qu'il y avait un espion juste derrière elle...
Sans attendre l'espionne se retourna vivement et se précipita vers l'épais buisson qui se trouvait à quelques pas et désarma l'espion qui s'y cachait avant qu'il puisse riposter. À sa grande surprise, il ne s'agissait que d'un adolescent qui la regardait d'un air effrayé. Mais malgré son jeune âge, la dague d'assassin qu'il portait ne laissait aucun doute sur ses intentions...

"Ne crie pas, ne bouge pas, lui chuchota Ilya d'une voix néanmoins froide et tranchante comme la lame qu'elle avait posé sur son cou. Tu es doué, car seul Reyth t'a repéré, et je doute qu'il l'aurait pu s'ils n'était pas monté dans les arbres. Maintenant dis-moi : qui es-tu et qui t'envoie ?"

Comme il ne se résolvait pas à répondre, la jeune femme appuya sa dague contre son cou, assez pour lui faire comprendre qu'elle ne plaisantait pas, ce qui le força à révéler ce qu'il savait. Pendant qu'il parlait, elle pouvait voir l'innocence qui brillait encore dans ses yeux. Visiblement, ce garçon n'avait été recruté que depuis peu de temps : il n'avait pas l'air habitué à la violence dont elle avait fait preuve envers lui, violence qui n'aurait pas fait ciller un assassin aguerri. Tant mieux, car ainsi il serait plus bavard.

"Je... je... devais vous espionner parce que... C'est lui... Il a dit que vous risquez de faire échouer le plan... qu'il n'arriverait pas à rallier les autres à cause de vous..."

Ilya soupira. Même si la voix de l'espion était tremblante à cause de la peur qui l'avait envahi, elle avait compris que le "plan" avait une grande importance. Mais alors pourquoi avoir envoyé un jeune inexpérimenté et non quelqu'un qui  n'aurait rien dévoilé ? Certes, il avait fait preuve d'une énorme discrétion, ce qui était déjà surprenant, mais l'on savait que les nouvelles recrues divulguaient beaucoup plus facilement les informations sous la pression s'ils se faisaient capturer. Alors dans ce cas, il serait logique que cet espion ne devrait normalement pas être au courant du "plan"...

"Comment connais-tu ce plan ? Qui te l'a dit ?"

La Ballan vit tout de suite qu'elle avait fait mouche, car son interlocuteur se raidit en entendant sa question et commença à protester :

"Non non ! Je n'ai rien fait de mal... J'ai juste surpris une conversation sans le faire exprès... Ne me tuez pas, je vous en prie !"

Bien. Tout s'expliquait maintenant. Mais même si Ilya voulait en savoir plus, elle ne pouvait pas prolonger  l'interrogatoire maintenant car la présence de Freedze la gênait. Elle ne devait surtout pas l'impliquer, car cela aurait entraîné des conséquences qui pouvaient être aussi imprévisibles que dangereux. De plus, quand l'Omna se mêlait des affaires des autres, il n'en résultait rien de bon.

"Bon, voilà ce que tu vas faire, dit-elle à l'espion qui semblait craindre le pire. Tu vas aller dans un endroit où tu m'attendras. Reyth t'y conduira et veillera à ce qu'il n'arrive rien de... fâcheux. Au moindre geste suspect, il te tuera, n'en doute pas une seconde. Nous discuterons plus tard."

À ces mots, la jeune femme plaça son familier sur l'épaule de l'espion. Le Nohr tendit la main vers une direction et après avoir fait quelques pas hésitants en la regardant, le garçon se retourna et s'éloigna entre les arbres en courant.
Ilya le regarda partir avec une amertume teintée de tristesse. S'il avait été plus âgé, elle l'aurait tué sans hésitation. Mais étrangement,  à ce moment, elle n'avait plus cette envie de violence qui lui était coutumière. Elle se sentait vide, comme si sa volonté l'avait quittée...
Heureusement, elle tournait le dos à Freedze, qui ne pouvait donc pas la voir.



Quand on parle du loup...


made by DIDI FARL for OZDRAYUS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Lun 23 Mai - 12:52

LIEU: chaîne de forêt
MOMENT: en plein après-midi
METEO: grand soleil
FEAT: Ilya
TITRE: Quand on parle du loup
welcome on my world, it is a pleasure to rp with you dear partner.
"mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance"
(proverbe touareg)

Freedze avait les bras croisés et attendait aussi patiemment que possible sa réponse. C’est à dire avec un rictus sur le visage et son pieds droit qui tapait au sol. Cela ne faisait même pas trente seconde qu’il attendait et l’Omna en avait déjà assez. Ne pensant qu’à une chose: partir. Bonjour la sympathie oui, mais pourquoi se forcer face à une personne qu’on ne porte pas dans son coeur et qui vous le rend si bien ? Alors qu’il comptait relancer sa question, il obtint des menaces… pardon ? *Non mais… elle se fou de moi là où quoi ?!* Fortement agacé, ses bras revinrent le long de son torse et ses poings se serrèrent. *Pour qui elle se prend cette morveuse ?* Par respect envers Valas, Freedze se retint du mieux possible. Mais ce n’était pas si facile. Une seule envie le prenait: planter sa lame dans l’épaule de la demoiselle afin de lui montrer un peu qui devait donner des ordres ici. Freedze ne supportait plus l’insubordination dont certaines personnes faisaient preuves. Il était un leader ayant fait ses preuves après tout.

En plus de ses paroles, la Ballan lança un regard empli de détermination et de colère. Freedze grinça des dents, ses veines ressortirent légèrement sur son front. Dur de croire qu’il ne s’était pas encore arraché tous les cheveux et heureusement, sinon il serait chauve le pauvre. Suite à cela, sa colère ne fit que croitre et ce n’est pas avec la même tension que Freedze répondit à son regard. Non, le sien était empli de colère furieuse, une colère animal et sur le point d’imploser.

Ilya continua ses paroles et tout ce qui traversait l’esprit de Freedze c’était: *Allez vas-y bon sang, dis ce que tu as de si important à me dire… et d’abord, pourquoi tu m’en parles ?! Cette fille est totalement illogique. Pourquoi me dire un truc si c’est pour que je ne m’en mêle pas et que je garde le tout pour moi ? Elle me prend pour son sous-fifre ou quoi ?* C’était rageant. Pourtant, l’Omna fit de son mieux pour continuer à rester passible. Son attente fut coupée par Ilya qui s’en alla plus loin. Un espion ? Freedze soupira et se gratta la tête, ce n’était pas son jour, une fois de plus. *Après je rentre boire un coup, elles me fatiguent ces soeurs.* Non pas qu’il se fichait de ce qui se passait mais… si un peu en faite, Freedze voulait juste en finir.

Il s’adossa contre un arbre non loin de là, tendis que Peronna tentait de se rendre vers le lieu d’action. Freedze l’appela directement à l’ordre:

« Peronna, restes ici. Pas besoin d’aller en rajouter.  »


Après un long moment, Freedze vit Ilya debout mais seule. Il se permit alors de dire à son attention:

« Si tu pouvais rapidement me dire ce que tu voulais, nous gagnerions tout deux beaucoup de temps. Surtout que je ne vois pas pourquoi tu me dis tout cela si c’est pour que je garde le tout pour moi et que je ne m’en mêle pas. C’est ta soeur qui m’attire les problèmes et non l’inverse.  »


Sa voix était froide et le ton sec, trop peut être mais qu’importe pour le moment, l’Omna ne voulait tout simplement pas rester sur la touche encore longtemps. S’il devait être mit au parfum, que cela soit de suite fait pour qu’ils se mettent d’accord. Freedze savait qu’il fallait prendre soin d’Aurore et la protéger mais elle lui attirait trop d’ennuis. Pour une fois que la situation permettait à Ilya et Freedze de discuter tranquillement, il était préférable qu’ils jouent tous deux cartes sur table et trouvent des arrangements.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Mar 31 Mai - 18:21



En entendant les paroles de Freedze, Ilya, qui s'efforçait à garder son calme, sentit une colère froide l'envahir. Elle qui il y a un instant pensait que sa volonté l'avait abandonnée, venait subitement de se "réveiller". Merci Freedze.
Il l'agaçait. Il l'agaçait vraiment. Ce ton, cet air supérieur, tout cela l'énervait au plus haut point. Cet énergumène se permettait de dicter sa conduite, comme si elle n'était qu'un jouet à ses yeux ? Elle était un assassin, pas un sous-fifre ! Ce n'était pas parce qu'il était le leader des Omnas que tout lui était permis : on lui devait peut-être un minimum de respect, mais pas plus. Elle ne pouvait supporter ce genre d'attitude, ni maintenant, ni jamais.

Ilya inspira profondément afin de recouvrer un minimum de sérénité pour pouvoir réfléchir, mais cela ne servit pas à grand chose, à part peut-être à l'empêcher d'exploser et de provoquer son interlocuteur, ce qui n'aurait pas été très judicieux. Visiblement, le mot discrétion ne faisait pas partie du vocabulaire de Freedze. Ne pouvait-il pas admettre que le fait d'agir sans la moindre prudence n'était pas forcément la meilleure solution ? Voilà pourquoi ils ne pourraient jamais se comprendre, pourquoi la discussion était impossible entre eux : leurs pensées étaient trop différentes. Ilya avait espéré que cette fois elle pourrait enfin trouver trouver un terrain d'entente avec l'Omna, mais apparemment ce ne serait pas encore le cas. Son intuition l'avait peut-être trompée et elle en ressentait une certaine amertume, car la question qu'elle se posait depuis leur première rencontre restait toujours dans réponse : pourquoi Freedze était aussi têtu, incompréhensible et incapable de comprendre ? Décidément il fallait qu'elle se ressaisisse, car elle ne ferait pas long feu si elle ne pouvait plus faire confiance à son intuition...
Son regard se fit alors aussi tranchant qu'une lame lorsqu'elle répondit d'une voix calme mais froide.

"Si tu veux absolument agir, alors je ne peux que te dire d'être vigilant. Essaie de ne pas causer des problèmes à ma soeur, et normalement tout ira bien."

Ilya appuya ses dernières paroles pour faire comprendre à l'Omna sa volonté de ne plus le voir trop près de sa soeur. Le message était clair : s'il pensait qu'Aurore lui attirait des ennuis, il n'avait qu'à pas l'approcher, et si c'était l'inverse la solution restait la même. La discussion était close. Elle ne pouvait pas lui en dire plus, au risque de voir sa mission compromise. Pour l'espionne, Freedze n'était tout simplement pas digne de confiance, et ce n'était sûrement pas aujourd'hui qu'elle allait changer son attitude vis à vis de lui. Elle était persuadée que cet homme pouvait constituer une menace qu'on ne saurait arrêter, et qu'un jour il mettrait en danger Aurore. Alors, elle devait tout faire pour que ce jour n'arrive jamais.



Quand on parle du loup...


made by DIDI FARL for OZDRAYUS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Ven 3 Juin - 13:20

LIEU: chaîne de forêt
MOMENT: en plein après-midi
METEO: grand soleil
FEAT: Ilya
TITRE: Quand on parle du loup
welcome on my world, it is a pleasure to rp with you dear partner.
"mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance"
(proverbe touareg)

Freedze en avait plus qu’assez. Non mais franchement, il parlait une autre langue ou quoi ? Une fois de plus, il allait avoir des ennuis et grâce à qui ? Aurore ! Décidément, il fallait se demander si sa vie entière n’était pas une succession de problème. Il représentait à lui seul l’exemple parfait de la loi de Murphy ? Vous savez, la loi de l’emmerdement constant. Freedze se gratta la tête, mais qu’est-ce qu’ils avaient fait leurs parents à leur naissance ? Si notre Omna de petite taille connaissait Naheulbeuk, il pourrait sans doute se dire que les parents les avaient drogués au chiantos durant toute leur enfance. Ce qui expliquerait malgré tout ce caractère des plus casse pieds du point de vu de l’Omna.

Serrant une poignée de ses cheveux, il grogna:

«  Non mais sérieusement ?! Attends, je ne veux pas me mêler de vos affaires ! Je ne veux pas passer mon temps à devoir jouer les nounous pour Aurore moi ! »


Freedze grinça des dents. Les paroles d’Ezor lui revenant en mémoire… malgré lui, Freedze était lié à la jeune femme, il ne pouvait pas le nier. Un lien les unissait, il le sentait. Pestant, son regard était posé sur son familier qui se prélassait à même le sol. Freedze ajouta:

«   Je suis lié à elle. C’est différent. Et contrairement à certaines personnes, je sais être discret et prendre du recul sur les choses. Alors dis-moi ce que je dois savoir. »


Oui, son ton était autoritaire. Son regard froid à nouveau porté sur la jeune femme, notre Omna avait prit une toute autre position. Ses mains sur les hanches, il la regardait d’en bas à cause de sa taille et du fait qu’il était légèrement courbé sur lui-même. Qu’à cela ne tienne, son aura restait malgré tout présente et imposante. Il n’était pas un leader pour rien.

Peronna s’approcha gentiment d’Ilya afin de lui cajoler un peu la jambe et s’en alla ensuite auprès de son familier afin de lui proposé un câlin. Cette créature était très joviale et contrairement à son maitre, elle était docile, amicale et sociable. Freedze la laissa faire. Après tout, ce n’était pas méchant, bien au contraire.

S’adossant à un arbre se trouvant non loin de là, Freedze attendit patiemment. Il ne s’entendait pas avec Ilya c’était un fait. Cependant, il ne la détestait pas et reconnaissait son travail.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Lun 6 Juin - 18:05



Ilya avait déjà tourné les talons pour aller rejoindre son familier, quand le grognement de Freedze l'arrêta. Surprise par cette réponse un peu inattendue, elle se retourna et lui lança un regard intrigué. Ce n'était pas la peine de la retenir s'il ne voulait que dire cela. D'accord, il était vrai qu'assurer la sécurité de la catastrophe ambulante que représentait sa soeur n'était pas très commode, et elle comprenait sans peine le fait que le leader des Omnas ne veuille pas devenir la nounou attitrée d'Aurore. De toute façon, sur ce point le précepteur de la jeune Elaspen, Blèze, s'acquittait de sa tâche à merveille. Mais dans ce cas la solution était toute trouvée, puisqu'il lui suffisait de ne pas s'approcher d'Aurore. De plus, il était inutile de répéter ce qui avait déjà été dit car le débat était déjà clos : l'Omna ne se mêlerait pas des affaires qui ne le regardaient pas, point final. Y avait-il d'autres choses à ajouter ?
Ilya n'avait aucune intention de perdre son temps à bavarder avec quelqu'un qu'elle n'appréciait même pas. Elle attendit donc en le toisant d'un air mauvais.

La jeune femme fronça les sourcils entendant la suite. Pourquoi Freedze affirmait-il que lui et Aurore étaient liés ? Ilya ne voyait pas ce qui pouvait bien se tramer entre ces deux-là, et ne comprenait donc pas ce qu'il voulait dire. Pour elle, cet homme n'était qu'un être à qui elle ne faisait pas confiance et dont la méfiance s'était nettement accrue lorsqu'elle s'était aperçue que sa soeur passait beaucoup de temps avec lui. Trop de temps à son goût.
Alors quelle était cette histoire de lien ? Une chose était sûre : ce que l'Omna venait de dire n'augurait rien de bon.

Le ton de Freedze était autoritaire. Encore cette attitude qu'Ilya exécrait par dessus tout. En quoi se permettait-il de lui donner des ordres ? Son aura vibrait, et l'espionne ne put s'empêcher de frissonner devant l'autorité imposante qui en émanait. Bien sûr, il voulait lui rappeler qu'il était le leader des Omnas. La jeune femme se ressaisit bien vite, mais se sentait un peu mal à l'aise devant lui.
Elle fut un moment tentée de lui lancer une remarque cinglante et de s'en aller loin de cet homme qu'elle ne portait pas vraiment dans son coeur, mais le désir de tirer à clair cette affaire qui concernait Aurore la retint. Elle avait besoin de découvrir se qui se passait et ce qu'elle ignorait encore. De plus, il était fort probable qu'il la retienne si elle réagissait de la sorte, et mettre en colère un Freedze déjà agacé n'était pas très conseillé. Cette pensée arracha un soupir de consternation à la Ballan.

Ce fut peut-être le familier de l'Omna qui calma un peu son agacement. L'A'Grien vint cajoler sa jambe avec douceur, et Ilya se demanda avec amusement comment se faisait-il qu'une créature pareille pouvait se lier avec la personne la plus grincheuse de la planète. Ce n'était pas comme Reyth et elle : eux étaient en tout point semblables, ils étaient une extension de leur propre âme.
L'exemple de Freedze et Peronna montrait bien que les contraires pouvaient s'attirer, et à cette image la jeune femme sourit au familier. Évidemment elle ne regrettait pas le fait de l'avoir menacé car elle ne voulait que l'effrayer et non le tuer, mais on pouvait dire qu'elle ne le détestait pas non plus. Il serait idiot de ne pas aimer un familier juste à cause de son maître insupportable.

Ce fut donc d'une voix calme qu'elle répondit à Freedze :

"Dis-moi, Freedze, en quoi es-tu lié à ma soeur ?"

Même si Ilya était réticente à parler de ce qu'elle cachait, elle n'était pas non plus assez fermée pour ne pas savoir quand il fallait livrer des informations. Mais avant cela, il fallait d'abord qu'elle comprenne ce que Freedze venait de dire.
Pour protéger Aurore.



Quand on parle du loup...


made by DIDI FARL for OZDRAYUS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze] Sam 11 Juin - 10:06

LIEU: chaîne de forêt
MOMENT: en plein après-midi
METEO: grand soleil
FEAT: Ilya
TITRE: Quand on parle du loup
welcome on my world, it is a pleasure to rp with you dear partner.
"mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance"
(proverbe touareg)

La fatigue morale se faisait lire sur son visage. Aucun doute, les nerfs du leader éteignaient des sommets. Les gens avaient le don de l’agacer au plus haut point. Etait-ce les années qui l’avaient épuisé de cette manière ? Il ne supportait plus autant les choses. Ou bien peut être que ce qui s’était produit dans la Tour Maudite avait eu bien plus de répercussion qu’il ne l’aurait cru. Toutefois, Freedze prit encore sur lui pour ne pas se laisser aller.

Voyant son familier se rendre auprès d’Ilya et faire copain copain sans se faire attaquer, Freedze se détendit. Voilà ce qu’il aimait en Peronna, son caractère parfois simpliste et conviviale. Sa douceur faisait du bien et lui permettait de se remémorer que lui aussi, dans son enfance fut pareil. L’Omna parvint à prendre du recul par rapport à la situation et surtout vis-à-vis d’Ilya. Ils ne s’entendaient pas oui, mais il devait apprendre à ne pas se laisser aller, pas autant. De toute manière, ils avaient l’obligation de travailler ensemble si cela concernait Aurore. Que Freedze le veille ou non, ce lien existait bel et bien. D’ailleurs, cela fut la question d’Ilya, quel était ce lien ?*Tu ne pourrais pas me répondre sérieusement ?*

Oui, Freedze aurait bien aimé qu’elle lui réponde. Il était en train de se faire manipuler de manière incroyable et il avait foncé tête baissé dedans. Soupirant, l’Omna se dit que de toute façon sa réponse n’allait pas plaire à la demoiselle et sans doute encore envenimer les choses. Pas le choix, la vérité était ce qu’elle était.

« Crois-moi, j’aimerais savoir ce qu’il en est aussi. Les Dräcles ont déclaré qu’Aurore et moi étions liés, Ezor me l’a redit mais je n’en sais pas plus…. et impossible de remettre la main sur cette femme pour qu’elle me réponde.  »


De l’agressivité s’entendait dans sa voix sur ces dernières paroles. Freedze n’aimait pas la manière dont il était traité par sa mère, un jour il lui ferait cracher le morceau, le jeune homme se l’était promis.

Reportant son attention sur la demoiselle, il continua:

« Je comprends que tu t’inquiètes pour ta soeur et que tu fasses ce qui est nécessaire pour la protéger, je ne peux qu’admirer ton investissement dans cette tâche. Mais j’aimerais que tu me dises ce qu’il en est. Si j’ai des informations, je te les ferais passer sans m’en mêler… en tout cas du moins possible. Etrangement, quand cela concerne ta soeur, les ennuis ont tendance à venir jusqu’à moi, accompagné de ta soeur et non l’inverse.  »


Les Bras croisés, Freedze faisait la moue. Il n’y avait rien de méchant dans ses dires, ni aucune marque de sentiment hautain ou quoi que se soit, étrangement, Freedze était des plus détendus, mais bien sur ses gardes pour si un souci survenait, ce dont il se passait bine évidemment.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Enjoy the world of darkness

MessageSujet: Re: #ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze]

Revenir en haut Aller en bas
#ABANDON_Quand on parle du loup... [PV Freedze]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-
» Quand on parle du loup... [PV. Kosovo] [Abandonné]
» PALLANDO ▬ Quand on parle du loup, on en voit la queue.
» [Terminé] Quand on parle du loup , on en voit la queue. (suite)
» Quand on parle du loup... [ PV Idril ]
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ozdrayus :: Informations :: Cimetière des Rp-

Sauter vers: