Partagez|

TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Sam 4 Juin - 22:05


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen


Que fais-tu là, assis par terre au milieu des ruines ? Même toi tu n'en as aucune idée. Tu as trouvé cet endroit alors que tu visitais la ville. Le lieu t'avais tout de suite attiré. Tu ne sais pas si c'est à cause de du calme qui y règne ou de la froideur qui s'en dégage, mais il y a bel et bien quelque chose. Alors tu as pénétrer dans ce lieu mystique et tu t'es assis sur la pierre froide. Tout est si immobile, imperturbable. C'est tellement rassurant, comme si l'endroit est coupé du monde et qu'il n'y a que toi et cette cathédrale. Tout est parfaitement vide, le silence règne et aucun parasite n'est là pour le briser.
Tu te sens étrangement bien, et dieu sait que cela fait bien longtemps que ça ne t'es pas arrivé. Surtout en l'absence de Nöm. D'ailleurs tu te demande où il est actuellement. Tu n'as pas voulus le prendre avec toi à Vlariosa et tu l'as laissé vivre sa vie. Cela t'arrive parfois, souvent même. Les Loukrêm sont loin d'être les familiers les plus sociables et ne sont pas très fidèle. Et malgré le lien particulier que tu as lié avec lui, il à le droit à sa liberté. Et puis tu n'es pas sûre qu'un endroit comme cette ville lui plaise réellement, alors il vaut mieux le laisser un peu. Le seul problème que cela pose, c'est que Nöm n'est plus là pour t'apaiser, et les murmures dans ton esprits on tendances à s'intensifier. Mais étrangement, ici tu avais toujours ta présence d'esprit, tu étais presque détendu, rassuré.

Cependant tout n'est pas aussi beau qu'on ne le croit, et tu ne tardes pas à entendre des bruits de pas. Tu les entends clairement, grâce au silence ambiant ils sont encore plus distincts. Ton pseudo-soulagement laisse place à de la frustration. Pour une fois que tu es un peu tranquille avec toi même et que tu n'as pas de problèmes, il faut que deux ou trois personnes viennent te déranger. Rien que l'idée de les croiser te fais grimacer instantanément. C'est donc motivé par cette idée dérangeante que tu te lèves en silence, marchant en direction d'un des rares murs pas trop effondrés du bâtiment. Le dos collé contre la pierre et les sens aux aguets, tu tentes de déterminer combien ils sont. D'après les bruits de pas, tu déduis facilement que le groupe est au minimum trois, peut-être quatre. Soudain, une voix s'élève  et raisonne dans la cathédrale. Tu te figes, écoutant attentivement.

"-Tu ne pouvais pas choisir un meilleur endroit 'tain ? C'est flippant ici !"

Un grognement se rajoute à cette phrase prononcée par une voix masculine un peu rauque. Elle est accueillit par un long soupire, comme si l'interlocuteur en avait marre. Ce dernier ne tarde d'ailleurs pas à rétorquer, d'un ton sec et froid.

"-Ferme là. On est en plein territoire ennemi, tu crois qu'on va pouvoir traverser la ville sans qu'on nous remarque ?" L'homme n'attends aucune réponse et continue ses sermonts. "Non. Donc tu la fermes et on passe la nuit ici.."

Suite à ça, un nouveau grognement mécontent. Visiblement l'autre type n'est pas du même avis que son chef. En tout les cas, vus l'absence de réaction tu en déduis qu'ils ne sont que deux. Tu fronces les sourcils, perturbé. S'il n'y a que deux personnes pourquoi as-tu entendis trois types de pas bien distincts tout à l'heure ? Tu n'en as absolument aucune idée, et de là où tu es tu ne peux te fier qu'à ce que tu entends. En tout cas, en écoutant leur échange, il y a quelque chose qui t'as percuté. Celui à la voix grave a dit "territoire ennemi", tu es en sûr. Tu l'as entendus clairement. Hors, territoire ennemi ça n'a pas milles significations. Tu es sur ta terre, le territoire des Amadeos. Hors les Amadeos n'ont qu'un seul ennemi: les Zgorth. Tu n'as pas besoin d'y réfléchir pendant des heures, tout laisse à croire que ceux sont bel et bien des membres de cette race. Et ça, ça change tout.
Tu avais prévus de rester planqué, voir même de quitter les lieux. Mais là la donne a changé, tu n'as plus aucune raison de partir, bien au contraire. Tu te mords la lèvre inférieur, ton sang ne fait qu'un tour. Il y a deux Zgorth, tu en es sûr. Deux putains de Zgorth qui se trouvent à moins de 5 mètres de toi. Tu sens que la rage commence à monter. Rien qu'à penser à ce nom, ton sang est en ébullition. Zgorth, Zgorth...Zgorth... Zgorth.
Et là, tout remonte, comme à chaque fois. C'est toujours la même chose. Tu te souviens de tout: des images, du son, de l'odeur, des sensations. Il y a absolument tout. D'abord tu entends des rires, et puis des cris de douleurs. Ensuite tu vois ta famille se faire massacrer devant tes yeux, tu vois le sang couler, les membres tomber, l'épée tout déchirer. Et puis l'odeur horrible de la chair mêlée à celle de la mort. C'est toujours les mêmes choses qui passent en boucle dans ton esprit. Tu sens ta haine monter, toute la colère que tu éprouves. Si tu es comme ça aujourd'hui, si ta vie n'a été que douleur et malheurs c'est avant tout à cause de ces enflures. Ceux qui ont attaqué ton village, massacré ses habitants, tué  tes parents.

Tu sais que tu n'es pas loin de sombrer, tu es pile à la limite entre la conscience et l'insanité. Pourtant là tu as la volonté de résister. Cette fois ci tu n'as pas envie de te laisser aller. Tu veux être pleinement conscience de tes actes lorsque tu attaqueras ces deux ennemis. Lorsque tu leur briseras les os, lorsque tu leur arracheras les membres. Oh ça oui, tu veux être conscient. Ou au moins pour le début, parce que tu sais très bien que tu ne tiendras pas longtemps. Tu fais craquer tes doigts, comme tu en as l'habitude et le bruit résonne doucement. Tu entends un soufflement de la part d'une de tes cibles. Il a entendu aussi et sait qu'il y a quelque chose. Parfait, l'effet de surprise n'en sera que meilleur. D'un pas assuré, tu sors de ta cachette pour leur faire face.
Mais au lieu de découvrir deux hommes, tu découvres qu'il y a une personne de plus. Tes sens ne t'avaient pas trompés finalement, ils sont bel et bien trois ! Tu fronces les sourcils, la personne qui les accompagnes est une gamine haute comme trois pommes. Étrange, que fait-elle ici ? Tu es quasiment sûr qu'elle est une Amadeos aussi, ça se voit. Alors pourquoi ? Tu ne comprends pas tout. Tu fermes les yeux pour reprendre tes esprits, céder à la confusion est le meilleur moyen pour perdre le peu de lucidité qu'il te reste. L'important ce n'est pas de savoir ce que fait cette fille ici, l'important c'est juste de détruire les deux Zgorth. Détruire... voilà un mot que tu connais bien, Arwen.
Tu ouvres les yeux, ton expression à changer. D'une voix froide et placide, mais étonnamment douce, tu murmures:

"-Pourriez-vous avoir l'amabilité de me dire ce que vous faites ici ?"

Tes pupilles se dilatent tout à coup et tu affiches un sourire mauvais.
© 2981 12289 0

Hrp:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Mer 8 Juin - 10:59

Bouffe, bouffe bouffe bouffe bouffe bouffe bouffe !!!
Voilà tout ce qui traine dans l’esprit de ta pauvre personnalité effacée. Pauvre Amadeos si innocente, si… futile. Tu ne vivrais pas qu’au final cela ne changerait pas grand chose à la surface de ce monde. En tout cas, c’est ce que la plupart des gens pourraient se dire. Il faut croire qu’ils ont tords. Bien du monde veille sur toi petite fille, mais tu ne t’en rends pas compte. Ce n’est pas facile pour toi de vivre ainsi après tout. Toi qui ne comprends rien au monde qui t’entoure.

Tu te promenais avec une servante aux abords de la ville plus tôt dans la matinée. Une petite promenade de rien du tout où pour une fois tu marchais ! Il était tellement rare de te voir ainsi. C’était comme une sorte de soulagement pour celle qui te maternait à la place de ton père, Kurten.  Elle avait l’espoir qu’enfin tu pourrais commencer à grandir, devenir une femme ou tout simplement, découvrir la raison. Toi qui est enfermée dans ton propre esprit.

Cependant, des hommes étranges sont arrivés et on du combattre ta servante. Certes cette dernière ne s’en sortait pas trop mal, cependant elle parvint pas à les arrêter à elle seule. Du coup, sa vie la quitta sous tes pauvres petits yeux qui ne comprirent qu’une chose: il y avait de la nourriture à disposition. Oui, notre petite Maria était contre le gâchis inutile, adorable n’est-il pas ? Tout cela pour dire que la demoiselle s’était avancé jusqu’à pouvoir mordre le corps de son ancienne servante afin de se nourrir. L’un des Zgorth t’attrapas pour t’emmener, visiblement tu étais leur cible. Cependant, tu n’étais pas d’accord. Non, tu voulais manger. Tes crocs étaient bien encrés dans la chaire de leur victime. Alors le Zgorth coupa le bras afin de te l’offrir en offrande, étrangement, tu ne cherchas même plus à te débattre, satisfaite de ce maigre présent.

Et voilà comment tu as finis ici, couverte de sang et avec encore de quoi manger. Tu ne sais même pas qui sont ces hommes ou ce qu’ils comptent te faire et tu t’en fiches après tout. Tu souhaites juste manger toi. Et éventuellement dormir oui.

Un homme vint poser une question. Tiens, tu ne l’avais pas encore vu lui. Pourquoi est-ce qu’il était ici ? Face à la question, tu vis tes « ravisseurs » sourire. C’était une blague qui venait d’être dite ? En tout cas toi, ma petite Maria, tu n’avais rien comprit et te contenta de manger encore un peu. Sauf que ce n’était plus aussi bon froid comme ça. Tu pouvais finir ce bras, mais un mollet bien juteux et chaud se trouvait juste à côté de sa petite tête. Lâchant le bras qui tomba au sol, tu avança à quatre pattes pour mordre le mollet d’un des deux Zgorth. Bizarrement, il avait bien meilleur goût que le bras. Alors tu t’accrochas bien fermement avec tes crocs pour mordre, laissant le reste de ton corps à l’abandon car il ne te servait à rien. Bon, sauf que l’ennemi commençait à agiter sa jambe dans tous les sens pour te faire lâcher. C’était mal connaitre Maria et ses crocs d’acier. 
Sauvetage accidentel


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Mer 8 Juin - 21:18


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen


Evidemment, ta remarques est accueillie par deux grands sourires méprisants. visiblement les deux Zgorth ne te prennent pas aux sérieux. Ils devraient, pourtant. Vus ton expression faciale tu es loin de plaisanter. De toute manière si ils te connaissaient un minimum ils sauraient très bien que tu es sérieux, hors ils ne te connaissent pas, alors forcément tu n'apparais pas crédible à leur yeux. Cependant tu t'en moques. Qu'ils rient s'ils en ont envie, c'est bien ce que tu leur souhaite. Autant passer un pseudo bon moment avant de mourir non ? Parce que ces deux hommes, tu ne comptes pas les laisser vivre.
Le chef s'apprête alors à répliquer mais au lieu de formuler une phrase, la seule chose qui s'échappe de sa bouche et un petit cris de douleur surpris. Tu lèves un sourcil, tu ne t'attendais pas vraiment à ça de la part de cette montagne de muscles. Tu cherches alors des yeux l'origine de se cris et de toute cette agitation et tu remarques qu'il y a quelque chose d'accroché à son mollet. La petite fille qui les accompagnes a les crocs plantés dans la jambe de l'homme qui la secoue dans ton les sens pour se défaire de son emprise. La scène t'amuse un peu. Vus l'air paniqué des deux ravisseurs, tu en déduis qu'ils ne s'attendaient absolument pas à ça de la part de la gamine.

Le meneur est en train d'hurler contre son compagnon en lui ordonnant de lui enlever la petite Amadeos qui s'accroche fermement à lui. L'autre, paniqué, ne sais pas comment réagir et ne fais donc...absolument rien. C'est donc un bordel monstre qui se déroule devant tes yeux. Les voix montent, tout le monde gesticule pour un rien et le bruit se fait de plus en plus lourd. La situation que tu jugeais amusante il y a peu commence vraiment à t'irriter. Tu n'aimes pas tout ce bruit inutile, et tu n'es pas là pour regarder une telle chose. Ta patience à des limites et il est temps d'agir. De plus, il faut que tu te dépêche avant que la gosse ne soit blessé par un des deux Zgorth. En temps normal tu n'aurais sûrement rien fait, mais là la petite se trouve sur ton chemin alors tu ne vas pas la laisser comme ça. Surtout en compagnie de deux ennemis dont tu vas te faire un plaisir de détruire. Enfin bref, c'est l'heure de se bouger un peu, Arwen.

Le premier Zgorth a le dos tourné puisqu'il est en train de s’affoler en regardant la jambe de son chef. Pfff, et ça se dit guerrier ? Quel piètre spectacle. Tu t'avances discrètement dans le dos de ta première cible, sortant une de tes dagues. L'homme se figea alors. Tu viens de lui enfoncer la lame dans le dos. D'un coup sec, tu la retire et il tombe au sol. Le sang git doucement de son corps tandis que tu nettoies celui sur ta lame. Le tapage de tout à l'heure laisse alors place à un silence de mort. Tu peux voir le désespoir dans le regard du Zgorth, mêlée à de la surprise. Cela ne te fais ni chaud ni froid. Des regards comme celui-ci tu en as vus des milliers lors de tes années dans l'armée. Et puis cette fois-ci c'est celui d'un ennemi, alors tu n'as aucune pitié.
Même son chef s'est tut, oubliant presque l'enfant qui continue de lui mordiller la jambe. Il ne s'attendait sûrement pas à voir son coéquipier attaqué de la sorte. Toi, tu profites de ce moment de silence pour asséner un violent coup de pied contre le crâne de l'homme à genoux qui s’effondre dans un cris de douleur. Un sourire se dessine alors sur ton visage. L'odeur du sang et la fougue du combat te rappel bien des souvenirs. L'Arwen habituel commence à laisser place à la folie.

"-Je réitère. Aurais-tu l'amabilité de me dire ce que tu fais ici ?"

Tu ne t'adresse plus qu'à l'homme encore debout d'un ton glaçant. L'autre étant en train d'agoniser par terre, il n'aurait de toute façon pas été apte à te répondre. Tu t'avances d'un pas, lentement, en direction du Zgorth. Tu fais tournoyer ta lame entre tes doigts habilement. On dirait presque une danse, s'en est hypnotisant. Tu n'as pas envie de l'attaquer tout de suite, tu as d'abord envie qu'il réponde à ta question. C'en est presque une déformation professionnelle: à force d'avoir interrogé et torturé des centaines de personnes, tu as pris l'habitude de toujours attendre qu'on réponde à tes questions, quitte à les répéter des dizaines de fois. De toute manière tu n'es pas pressé.
Tu t'approches encore d'un pas, lentement. Ton but est de faire peur à ton adversaire mais aussi de gagner du temps. Tu n'as pas envie de l'attaquer toute de suite car tu risquerais de blesser la fillette dans ton élan, surtout si tu ne te contrôle pas. Il va donc soit falloir attendre que l'homme s'en libère tout seul, soit qu'elle décide de lâcher prise. Mais vus comment elle est bien accroché, tu doutes que ce soit dans ses projets.

"-Alors...?"

Ta voix contraste vraiment avec ton apparence menaçante et violente. Elle est vraiment douce, elle en serait presque pure et rassurante. Cela ne colle pas du tout avec l'image qu'on se donne de toi, mais c'est peut-être ce qui te rends si effrayant. Tu susurres ce simple mot, rajoutant une pression supplémentaire dans l’atmosphère. Tu sens bien que la montagne de muscles est mal à l'aise et qu'il ne sait pas comment réagir face à toi. Doit-il se méfier ou au contraire avoir confiance en sa force et t'affronter ? C'est sûr que la décision est compliquée face à un adversaire comme toi. Toi qui est si svelte, si petit, qui semble si fragile.  Mais aussi toi qui, lorsque tout te monte à la tête, te transforme instantanément. Le garçon qui avait l'air si calme se transforme en un monstre d'une extrême violence. Le garçon qui avait l'air si inoffensif se transforme en un être impassible et cruel. Le garçon qui avait l'air si perdu se transforme en quelqu'un de sûr de lui et qui n'a peur de rien. Et ce garçon, c'est toi.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Sam 11 Juin - 10:31

Tu n’as même pas suivit la scène. Tout ce qui t’intéresse c’est le sang que tu es en train de tirer du Zgorth de part ta morsure. Diablerie que tu fais mal avec ces crocs acérés. Si une comparaison devait être faite, on pourrait dire que tu es en train de jouer avec l’un de tes familiers. Tu sais ces pauvres petites créatures que tu tues quand tu en as finis avec elles parce que tu les trouvais toutes mimi et que ça te donnais faim. Tu n’es qu’un cauchemar ambulant qui circule de partout et mange tout ce que tu trouves, vraiment, il ne faut pas en vouloir à Kurten d’avoir interdit que l’on t’offre à nouveau des familiers.

Sauf que voilà, pour toi là c’est encore ça, un familier que l’on vient de te donner. Autant dire que tu en profites un maximum. Tes yeux de sang montrent que tu es contente et pour toi, lorsqu’il secoue sa jambe pour te faire lâcher, ce n’est en réalité qu’un petit manège. Alors tu fermes tes petits globes oculaires parce que tu es toute heureuse. Du sang, un manège et pas trop de bruit maintenant que celui qui en faisait trop est mort. Tiens, cette odeur du sang… tu la sens bien, ce n’est pas la même odeur que celle du liquide rouge qui coule le long de ta gorge.

Il semblerait que le Zgorth mordu ne s’occupe plus de toi, tu es de nouveau au sol et tu observes ce sang qui coule, se frayant un chemin à même le sol. Diantre qu’il te donne envie, du sang, du sang !!!

Alors tu lâches la pauvre loque que tu mordais pour ramper à même le sol sans te servir de tes mains, tel une limace. Tu vas te baigner dans ce sang qui longe la terre de marbre et tu lèches ce petit liquide scintillant selon toi. Ce que font les autres ? Quel importance ? Avançant vers l’homme saignant abondamment, tu ne cherches pas à savoir s’il est vraiment mort ou non, tu l’attaques avec son propre sang que tu transformes en lame bien aiguisée. Du liquide rouge sort abondemment, dans tous les sens et qui en met de partout pour ton plus tendre plaisir. T’essayant dans le corps ouvert et macabre, tu regardes avec un visage totalement empli de folie sanglante vers les deux autres protagonistes. Tu n’aspires qu’à voir encore du sang. Bien que l’un des deux, l’Amadeos, tu ressentes qu’il est des tiens. Donc pas comestible. Souviens-toi bien des propos de ton adorable petit papa: « On ne mange pas les siens, on ne les attaque pas non plus. » Oui parce que sinon.. la nation Amadeos aurait du souci à se faire avec toi la petite folle sanglante.  
Sauvetage accidentel


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Sam 11 Juin - 21:41


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen


Tu n'obtiens strictement aucune réponse à ta question. Juste un hurlement de rage. Le Zgorth restant se libère par tu ne sais quel miracle de l'emprise de la petite avant de se jeter sur toi, fou de rage. Tu esquives le coup avant de riposter par un coup sur les côtes. Le problème, c'est que ton attaque n'a pas l'effet attendue: elle a été absolument inefficace. Tu ne comprends pas comment c'est possible, à croire que ce type à une résistance accrue à tes attaques. Tu n'as pas le temps d'y réfléchir, un nouvel asseau de coup de poing t'arrive en pleine figure. Tu les esquives un par un, rendant coup pour coup. Cependant, c'est inutile, tu n'arrives pas à blesser ton adversaire à main nue, ou alors que très peu.
Tu recules de quelques mètres et tu arrives au niveau du cadavre de l'autre Zgorth. C'est là que tu remarques qu'il y a quelque chose d'étrange. Ou plutôt quelque chose qui manque. Où est passée la petite Amadeos de toute à l'heure ? Tu la cherches du regard avant de la trouver à tes pieds, jouant avec le sang au sol. Tu assistes alors à un spectacle incroyable. Cette fille vient de matérialiser le sang en une lame et s'amuse à la planter dans le corps sans vie de ton ancien ennemi. Ce n'est pas tant le fait que cette gamine ai l'air totalement fêlée à jouer dans les entrailles d'un mort qui te choque le plus, non non. C'est le fait que cette gamine soit une Pychul. Que fais une Pychul ici ? A cette heure, seule en compagnie de deux (enfin, maintenant un) Zgorth, et à cette âge là ? Tu réfléchis un instant. Tu sais que cette caste est très précieuse pour les Amadeos en raison de leur pouvoir de manipulation du sang. C'est d'ailleurs peut-être pour ça qu'elle est ici. Peut-être s'est-elle fait capturer par les deux ennemis ? Cela te semble tout à fait logique. C'est de toute manière l'hypothèse la plus probable.

BAM.

Un violent coup au visage te ramène brusquement à la réalité. Alors que tu considérais avec attention la petite Pychul, tu avais totalement oublié ton adversaire qui ne s'était pas privé de te rappeler qu'il existait. Tu roules au sol, sonné par le coup. Tu te relève à quelques mètres de là tout en essuyant le filet de sang qui coule de ta bouche. Tu as mal. Tu sens la douleur au niveau de ton menton et le goût du sang dans ta bouche. Tu sens aussi le grésillement dans ta tête, tu sens que les rouages se sont enclenchés et que ça commence pour de bon. Tu fermes les yeux et reprends ta dague en main tout en saisissant la deuxième dans ton autre main. Tu es beaucoup plus à l'aise en combattant avec deux armes. Et puis vus ton adversaire, si tu veux le blesser suffisamment tu n'as pas le choix. Quand tu ouvres de nouveau tes yeux, ton expression a définitivement changé. Adieu raison, adieu lucidité, adieu conscience... Tu te laisses submerger par tes envies de combats, tes envies de meurtres, tes envies de sang.

Sans prévenir personne, tu fonces vers ton ennemi. Tes mouvements n'ont plus aucune logique. Tu te laisses porter par la rage du combat, tapant de manière aléatoire et désordonnée. On dirait presque que tu danses. Comme si ce n'était plus un combat mais une chorégraphie meurtrière. Et pourtant, ça marche. En te laissant allez, en étant illogique et décidant de tes coups au dernier moment tu bénéficies de l’effet de surprise. Ta danse et sanglante, mortelle. Toi ça t'amuse, le sourire aux lèvres tu continue de charcuter le pauvre Zgorth qui ne comprends pas grand chose à ce qui lui arrive. Finalement, tu sautes, et tu atterris sur le dos de l'homme. Il n'a pas l'air d'apprécier cela puisqu'il commence à se débattre. Tu lui murmure à l'oreille se calmer, avant de la mordiller histoire de le titiller un peu. Lui il hurle, il te met des coups, essayes de te faire tomber. Tu ne cèdes pas, il peut bien frapper autant qu'il veut tu n'en as rien à faire. Et puis finalement tu poses tes lames contre son coup avant de lui trancher la nuque proprement. La tête vole et le corps s’effondre au sol, t’entraînant dans la chute. Tu sautes de nouveau du poids mort pour atterrir sur le sol, tout en murmurant des mots incompréhensibles. Murmures qui se transforment en rire. Tu ris. Tu es content. Tu as tué et ça t'as amusé.

"-Hahahahaha...haha...ha..."

Ton rire fou s’estompe petit à petit, ton sourire s'efface et tes yeux se plisses. Tu passes ta main devant ton visage comme si tu voulais te cacher avant de tomber au sol à genoux. Tu te recroquevilles sur toi même, toujours en masquant ton visage de tes mains. Mais qu'est-ce que tu as foutu Arwen ? Qu'est-ce qu'il t'as pris ? Pourquoi est-ce que tu t'es laissé aller ainsi, en pleine ville, alors que tu aurais pu rester coincé dans ta folie et massacré des innocents ? Heureusement que tu t'es calmé après avoir tuer ton adversaire, heureusement que ce n'était qu'une minuscule crise...Sinon qui sait ce qui serait arrivé, que ce soit pour les autres ou pour toi.

Tu te releves finalement, le visage fermé et les regard vide. Tu te tournes vers l'enfant qui est toujours là, gisant dans le cadavre de ta première cible. Tu t'approches lentement d'elle, fixant la scène qui se déroulait sous tes yeux. Si ta petite démonstration avait été spectaculaire, ce que tu vois maintenant l'es tout autant. Cette fille à l'air aussi folle que toi, couverte de sang et de boyaux. Elle a vraiment l'air d'aimer ça et de s'amuser, comme si toutes ces horreurs étaient sources de plaisir pour elle. Visiblement tu n'es pas le seul à avoir perdu ta raison ici. En tout cas cela ne te fait ni chaud ni froid. Des horreurs comme ça tu en as vus énormément dans ta vie alors ça ne change pas grand chose.
En tout cas, tu n'as pas envie de rester ici une seconde de plus. Vus le bordel que tu as fait tu n'as pas envie de prendre le risque de rester là et que quelqu'un te découvre ici. Tu n'as pas honte d'avoir tué ces deux Zgorth, ils étaient ennemi et le méritaient amplement. Par contre tu as honte d'avoir une fois de plus céder et de ne pas avoir réussis à garder le contrôle. Alors tu veux partir d'ici. Tu veux fuir.  Cependant il est hors de question de partir sans cette gamine. Tu n'en as pas grand chose à faire mais tu ne peux pas l'abandonner ici comme ça. Surtout vus sa caste.

"-Eh, toi. Comment tu t'appelles ?"

Tu murmures en sa direction. Tu ne sais pas trop comment t'y prendre surtout que c'est une enfant. Tu opte donc par une question simple, histoire d'établir un contact avec la fillette. Tu verras bien après.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Mar 14 Juin - 10:13

Tu ne sais même pas ce qui se passe autour de toi, ce monde est étrange, incolore mise à part le rouge. Est-ce pour cela que tu aimes autant le sang ? C’est la seule chose que tu vois en couleur ? Oh monde étrange, qu’avez-vous fait à cette pauvre petite créature qui s’y retrouve si perdue. En sommes, tu te retrouves avec, encore une fois, des choses étranges qui se passent autour de toi.

L’Amadeos semble t’avoir observé joué, il veut aussi s’amuser avec toi ? Tu ne dis pas non à avoir des compagnons de jeu, mais généralement tout le monde te fuis au bout d’un temps… bon certains aussi perdent la vie à vouloir faire ça mais que voulez-vous ? Maria, ce n’est pas sa faute si au final elle trouve ça amusant de vous tuer et de jouer avec vos entrailles. Ah, l’Amadeos a été blessé. Ca te rend un peu triste ? Non même pas. Tu es toute contente de voir encore du sang couler de cette nouvelle blessure. Une vraie calamité.

Ton « sauveur » tue le second Zgorth. Sauf que toi, tu n’as toujours rien suivit. Tes mains entrent et sortent de ce corps mutilé encore et encore, comme si c’était un jeu, de tel manière que l’on pourrait croire que tu joues simplement avec une flaque d’eau. C’est vraiment étrange. Ton pouvoir s’est estompé, tu as envie de dormir… tu es vraiment une plaie tu le sais ? Non, hélas pour le reste du monde, ta conscience ne parvient même pas à te dire ce qu’il en est.

Tu entends encore cet Amadeos parler, au premier abord on pourrait croire que tu ne comprends pas ses propos mais en réalité, c’est juste qu’il te faut du temps pour tout assimilé. Retournée dans sa direction, ta robe imprégnée de sang, tu l’observes pour trouver la réponse. Sauf que tu ne sais pas parler. Tu souhaites alors l’écrire, cas tu te souviens que ton adorable papa te l’a apprit. Encore un problème, ton écriture est très mauvaise, tu n’y arrives pas. On voit que ton petit corps ne répond pas selon tes désirs. Dans ce cas, te remettant sur tes petites fesses, les larmes aux yeux parce que tu ne parviens pas à faire ce que tu souhaites, ton pouvoir se libère encore une fois. C’est cette manipulation du sang qui te fait écrire ton prénom. « Maria »

La faim te prend encore une fois. Alors avec ce sang qui bouge, tu récupères le coeur du Zgorth dans lequel tu te trouves pour le porter à ta bouche. Le délice est présent et l’envie d’encore plus dormir aussi. Tu tombes dans le corps ouvert. Quelques minutes de repos ne seront pas de trop pour toi. Et que l’Amadeos se rassure, tu vas bien vite te réveiller.
Sauvetage accidentel


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Sam 18 Juin - 22:35


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen


Tu attends la réponse de la fillette, impassible. Le problème c'est que la réponse tarde à venir. Tu te demandes alors si elle ne t'a pas entendue ou si elle n'a pas compris ce que tu lui as dis. Et puis la fille commence à s'agiter, comme si elle voulait te répondre mais qu'elle en était incapable. Tu l'observes sans un mot, attendant patiemment la moindre réaction. Tu remarques alors que des petites larmes affluent aux bords de ses yeux et tu lèves un sourcil. Est-ce ta question qui la met dans cet état ? Tu n'en as strictement aucune idée. Tu t’apprête à lui demander ce qu'il y a mais tu n'en as pas le temps. En effet, le pouvoir de la petite Pychul se manifeste. Le sang se transforme, cette fois pour former cinq lettres: "Maria". Tu en arrives donc à la conclusion que la gamine s'appelle Maria. C'est déjà ça d'établi, ça sera sûrement plus facile pour retrouver sa famille vus que tu connais son nom.

Tu réfléchis alors à ce que tu allais faire. Premièrement bouger d'ici, puis ramener Maria chez elle. Cela te fit remarquer que tu ne savais pas grand chose à son sujet. Il va falloir lui demander d'où elle vient, qui sont ses parents et où est-ce qu'elle habite. Le problème c'est qu'actuellement tu ne peux pas: en effet la fille vient de...s'endormir ? Tu t'approches d'elle un peu sceptique. En effet, elle vient de tomber de fatigue dans le corps sans vie du cadavre du Zgorth. Décidément cette gosse est un vrai mystère. Toi qui es pourtant habitué à l'absurde, là tu es surpris. Tu passes ta main dans tes cheveux, te grattant un peu la tête. Tu ne sais pas trop quoi faire. Déjà que tu as du mal à communiquer avec les autres en temps normal, là il est question de gérer une enfant un peu bizarre... bon courage Arwen.

Tu hésites à réveiller la fille ou non. Si elle est épuisée, ce que tu peux parfaitement comprendre, mieux vaut qu'elle se repose. Cependant il est tard et il faudrait mieux se mettre en route dès maintenant. Le problème c'est que tu ne sais pas comment cette Maria va réagir. Bon, tant pis, tu n'as de toute manière pas le temps de flâner.  Tu t'accroupis à son niveau, posant une main sur son épaule afin de la réveiller doucement.

"-Maria ?"

Aucune réponse. Visiblement elle a un sommeil plutôt profond. Sur le coup tu l'envies un peu. Toi aussi tu aimerais bien pouvoir dormir aussi bien, sans être déranger. Dormir d'un sommeil paisible sans être happé par tout les bruits qui résonnent dans ta tête. Tu plisses les yeux, mais qu'est-ce que tu racontes ? Comment peux-tu envier une personne que tu ne connais pas ? Si cela ce trouve cette gamine a des problèmes encore plus grave que les tiens. Tu ne sais rien à son sujet alors tu n'as aucunement le droit de juger. Tu soupire un coup, remettant tes idées en place. Vus que tu n'arrives pas à la sortir de son sommeil, une idée germe dans ton esprit. Même si ça n'a pas l'air de déranger la gamine, tu n'es pas persuadé qu'un cadavre face office de bon lit. Il serait peut-être judicieux de la transporter ailleurs le temps qu'elle se réveille. Tu t'exécutes: soulevant le petit corps de la fille doucement, et la portant près d'un des murs de la cathédrale. Tu l'adosses contre la pierre avant d'ôter ton manteau noir que tu déposes sur elle pour la couvrir. Tu t'assoies à ses côtés, puis tu attends.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Ven 24 Juin - 11:27

Les rêves te sont doux. Un étant de sang rien que pour toi ou tu peux jouer car tu as pieds. Tu aimes cette couleur, son odeur, son contact. Ce n’est pour toi que l’image même du paradis, une fascination sans nom. Hélas tu vas devoir te réveiller petite belle aux bois dormant. Ce n’est pas pour tout de suite que tu trouveras un prince charmant.

Un parfum très léger vient taquiner ta narine. Tu le connais, il te rappel une personne, quelqu’un que tu aimes beaucoup. Une femme à la chevelure brune comme le bois, des yeux violacés comme tu les aimes tant. Alors tu bouges légèrement et te rend compte que tu es tenue. Ce n’est pas désagréable, cette sensation de rappel les bras de ton papa ou de cette femme qui prend si souvent soin de toi. Alors tu bouges encore. Ton rêve se termine sans toi, tu es ramenée à la réalité sans même le vouloir. Ca t’agace, mais que peux-tu y faire après tout ? Le rêve est terminé.

En ouvrant tes yeux tu découvres ceux de ton sauveur, ils sont de la couleur que tu aimes. Donc c’est une personne que tu risques d’apprécier. Pas compliquer la demoiselle en somme. Tu le regardes de manière intense et porte tes petites mains à son visage afin de le caresser gentiment. Puis tu entends du bruit, des pas. Deux, deux personnes en train de courir et tu te doutes de qui il s’agit. Oui, qui d’autre que ta servante préférée et de l’acolyte qui l’accompagne de temps à autre, son petit ami il me semble. Tu veux la voir, ses bras t’ont manqué malgré tout, bien que tu sois à l’aise là où tu te trouves.

Reportant ton attention sur le garçon qui te tient, tu l’observes et le pointe du doigt. Ton objectif étant de savoir qui il est.

Les pas arrivent et s’arrêtent. Une voix s’élève:

« Hey, qui êtes-vous ? Que s’est-il passé ici ? »

La voix vient d’une femme. Assez belle d’ailleurs. A sa tenue assez riche on peut se douter qu’il s’agit d’une femme importante. Oui et non, elle n’est que la servante de Maria qui était de repos aujourd’hui, jusqu’à ce qu’elle apprenne la disparition de sa protégée.

« Oh, Maria ! »

Tu vois la femme se diriger vers toi, tu l’aimes cet Isis dis donc. La voyant, tu tends tes bras pour retourner dans les siens et tu attends qu’elle te cajole.

L’homme, Selmek, observe quand à lui les corps inertes au sol. D’un ton nonchalant et froid il ajoute à son tour:

« Je pense que l’on peut remercier cet Amadeos Isis, ces deux Zgorth étaient sans doute la source de l’enlèvement de notre petite princesse. »

Mais Selmek resta à observer les corps sans s’occuper de la petite, il découvrait le corps éventré et totalement détruit. 
Sauvetage accidentel


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Ven 24 Juin - 22:23


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen


Alors que tu réfléchis à ce que tu vas faire de la fillette qui dors à tes côtés, celle-ci dépose ses petites mains sur ton visage. Elle s'est visiblement réveillée, et elle te regarde intensément. Son regard est étrange, tu as beau te plonger dans ses yeux, tu ne vois rien. Cette fille à l'air à la fois si pur et si folle que tu as du mal à cerner qui elle est vraiment. Elle semble si mystérieuse, si déconnectée de la réalité. De ce point de vus là vous vous ressemblez un peu. Deux êtres absurdes dans ce monde insensé. Pourtant, tu as le sentiments que Maria à quelque chose de plus que toi. Une petite lumière qui brille au fond d'elle. La tienne, elle s'est éteinte il y a longtemps.
Finalement les caresses de l'enfants s'arrête. Elle a, tout comme toi, entendue des bruits de pas dans votre direction. D'après toi ils sont deux. La fillette semble les connaître puisqu'elle n'a qu'une envie, c'est de les rejoindre. Toi tu ne bouges pas, aux aguets. Tu es tout sauf sociable et tu n'as pas forcément envie d'avoir à faire à d'autre gens. Mais tu ne penses pas que les nouveaux arrivants soient dangereux, vus la passivité de Maria à leur égards. Tu relativises cependant en te rappelant que la petite n'avait pas l'air très affolée avec les deux Zgorth. Tu attends donc aux côtés de la fille qui elle te pointe du doigts, elle veut sûrement connaître ton nom.

Tu n'as pas le temps de lui répondre, les pas se font plus forts et tu découvres les deux personnes. Ceux sont deux adultes: un homme et une femme. Deux Amadeos aussi, alors tu te détends un peu. Cela dit leurs apparences te font croire qu'ils appartiennent à la noblesse, surtout au vus des vêtements de la femme. Tu n'es pas très à l'aise avec ce milieu alors tu restes méfiants. La femme te voyant te demande qui tu es et ce qu'il s'est passé. Ils sont visiblement tombés sur les cadavres gisant au sol. Tu n'as toujours pas le temps de te présenter puisque la noble aperçoit Maria. Comme ton instinct te l'avait prédit, elles se connaissent. La fillette se retrouve alors dans ses bras et tu te relèves. L'homme qui les accompagne semble un peu plus austère. Il observe les corps, totalement impassible.

"-Je pense que l’on peut remercier cet Amadeos Isis, ces deux Zgorth étaient sans doute la source de l’enlèvement de notre petite princesse."

Tu réfléchis, analysant ses mots. Sa seule et unique phrase te donne énormément d'informations en un seul coup et tu as besoin de te concentrer pour assembler tout les morceaux. Comme tu l'avais deviné, il s'agissait bien d'un enlèvement dont la Pychul en était la victime. Mais il n'y a pas que cela, il l'a aussi appelé "Princesse". Alors cette fille que tu as sauvé serait-elle aussi une noble ? Voir même plus vus la manière dont elle se fait appeler. Serait-ce la fille de ton Roi ? Tu ne sais pas, tu ne comprends pas tout. En tout cas, tu t'es encore fourré dans une sacrée histoire.

Tu décides de t'avancer, même si tu es plutôt réticent face à cet initiative. Tu n'as pas spécialement pour projet de vie de fréquenter des gens hauts placés. Toi qui vient du peuple, tu préfères rester seule tout en bas de la hiérarchie, là où personne ne viendra t'importuner. Peut-être que tu as aussi peur qu'ils découvrent que tu es complètement fou et qu'il t'enferme, te force à travailler de nouveau ans l'armée et te condamne à un futur encore plus sombre ? Tu n'en sais réellement rien. De toute manière à cet instant tu ne peux ni fuir, ni feindre. Alors tant pis, tu te lances. Tu désignes du regards les deux Zgorth avant de parler.

"-Je les ai trouvé alors qu'il amenait la fillette, Maria, ici." Tu marques une pause, hésitant à continuer. Tu décides cependant de te présenter. Mais cette fois tu te tournes vers la petite fille, puisque c'est elle qui voulait le savoir. "Je m'appelle Arwen."


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Dim 3 Juil - 20:15

Tu es heureuse dans ses bras fins et féminins. Tu les aimes les bras d’Isis. Elle est toute douce et sent toujours bon. Même si parfois elle est sévère, elle reste ta préférée. Adossée dans les bras de cette femme, tu te blottis comme une enfant que tu es, mais surtout tu fermes à nouveau tes petits yeux parce que tu es encore fatiguée d’avoir autant user ton pouvoir. C’est que tu es encore petite ma pauvre. Alors tu te laisses faire, tranquille dans ses bras, sereine.

Tu entends juste Isis prendre encore une fois la parole suite aux propos de Selmek:

« Je dois alors vous remercier d’avoir sauver notre petite Maria. Kurten commençait à devenir fou de rage ne sachant pas où était sa fille. »

Tu rouvres tes yeux. En faite tu n’arrives pas à dormir, tu as entendu le nom de ton papa et à ce nom, tu bouges un peu. Il te manque ton papa, même si génétiquement parlant, il ne t’a pas connu. Lui aussi il était venu à ton secours, bien que la situation était différente. Lui te sauva de ta mère biologique qui tentait de te tuer. Scrutant autour de toi, tu vois l’inconnu s’adresser à toi pour se présenter. Arwen, un prénom qui te plait beaucoup. Tu souris alors et agites tes petits bras d’enfant.

Voyant ton sourire, Isis sourit à son tour et rigole très légèrement. Debout et droite de toute sa hauteur, la jeune femme n’est pas plus grande qu’Arwen. Tu les vois de la même manière. Cependant, tu n’as pas encore vraiment vu Selmek qui est à présent dans ton champ de vision. A sa vue, tu t’enjoues encore plus.

Isis reprend la parole:

« Comment vous remercier d’avoir sauver l’héritière du trône ? On peut organiser une fête en votre honneur ! »

Mais Selmek observant Arwen depuis un moment, prend une pose démontrant fortement sa réflexion. Le visage d’Arwen ne lui est pas inconnu, tu le vois bien vite petite fille. Ancien combattant gradé, il connait pas mal de visage. Arwen en ferait partit ? En vérité, toi tu t’en fiches, tu aimes bien le garçon aux cheveux violets c’est tout.

« Je ne pense pas qu’il soit du genre à vouloir qu’on lui fasse des éloges en si grand public. Vous avez fait la guerre je suppose. La noblesse n’est peut être pas ce qu’il affectionne. Ca peut se comprendre. »

Sur ces mots, tu vois Isis jeter un regard noir à Selmek. Alors tu gnougnes comme tu peux pour qu’on t’entende et qu’on voit que tu ne comprends pas. Isis te regarde et te souris, elle t’explique:

« Selmek est un ancien soldat petite princesse. C’est pourquoi il connait bien des choses. Et la plupart des soldats ne sont pas du genre à aimer la riche vie des nobles. Bien que vous et notre leader soyez différent des cinq autres. »

Son sourire te rassure. Mais tu n’as pas tout comprit. Ton papa c’est le meilleur et personne n’a droit de le critiquer. Pour le reste, tu t’en fiches bien. Alors tu reportes ton attention sur Arwen, il l’aime ton papa hein? Parce que sinon il pourrait devenir un vilain monsieur à tes yeux. Et les vilains monsieur, on leur fait des choses pas bien pour qu’ils comprennent bien vite ce qu’est la réalité de la vie. Et que ton papa c’est le meilleur.

Sauvetage accidentel


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Lun 18 Juil - 21:11


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen


Alors ainsi cette fillette est donc la fille de Kurten ? Et bien Arwen, toi qui souhaite de mener une vie discrète et tranquille on peut dire que c'est raté. Dans quelle histoire est-ce que tu t'es encore embarqué ? La femme parle d'organiser une fête en ton honneur et tu fronces doucement les sourcils. Bien que la proposition soit très flatteur pour un garçon comme toi, l'idée ne t'est pas séduisante. Tout ces nobles regroupés dans une même place, bruyant et grouillant... tu as peur que ça ne dégénère à ton insu. Tu t'apprêtais alors à décliner poliment l'invitation mais tu es vite coupé par l'homme. Ces paroles te figent tout net dans ton élan, te rappelant une partie de ta vie que tu n'as pas forcément envie de ressasser. La manière dont il l'a dit joue peut-être aussi un peu. Tu n'as pas envie que ton appréhension se voit comme un défaut et qu'on te blâme pour cela. Bien que d'habitude tu te fiche de ce que les autres pensent de toi, tu sais qu'avec ces gens là il vaut mieux être prudent. Surtout lorsqu'il s'agit d'affaire aussi importante comme le sauvetage de la fille du leader des Amadeos.

"-Oui, j'ai fait la guerre. Mais ce n'est pas le fait que je sois un ancien soldat qui pose problème."

Tu soutiens le regard de l'homme du nom de Selmek. En tant qu'ancien soldat, il est fort possible qu'il te connaisse. Peut-être qu'il est courant de tes "petits" problèmes. Ca ne serait pas étonnant, c'est même très probable. C'est aussi pour ça que tu es méfiant. Tu n'as jamais vraiment sus comment les gens percevaient cela. Certain avaient l'air de trouvé ça amusant et fort pratique, tant qu'ils pouvaient t'utiliser pour détruire et faire souffrir. D'autres n'étaient pas de cet avis et te considérais comme une aberration. Toi tu te fichais bien de ça, dans les deux cas tu n'étais pas considéré comme un être à par entière alors à quoi bon ?
Après avoir marqué un temps d’arrêt, tu reprends pour t'expliquer.

"-Je veux dire... Je ne suis qu'un vagabond vivant une vie banale. Je ne mérite pas une telle récompense."

Même s'il s'agit d'une excuse, tu es sincères dans ce que tu dis. Tu n'as pas envie que ton leader s'embête à organiser une fête qui lassera sans doute les nobles et qui t'embêtera toi. C'est dommage, cela dit. Cela pourrait être une bonne opportunité pour toi de te rapprocher un peu de la noblesse. Tu n'as déjà pas de but dans ta pauvre vie, alors pourquoi est-ce que tu refuses de tenter de l'améliorer en étant reconnue par Kurten ? Parce que tu as peur, parce que tu ne veux pas te mouiller, parce que tu n'as rien envie de tenter. Tant pis pour toi.

"-Et il était naturel d'éradiquer ces deux Zgorth de notre territoire et de sauver la princesse."

Même si tu avais trouvé Maria par pur hasard, ce que tu ne précisas pas. Ca n'avait pas d'importance, tout ce qui compte c'est ce qui a été fait, et non pas le contexte au détail près. Enfin, tu espères juste que ça ira. Tu n'es pas très à l'aise et ça se voit, bien que ce ne soit pas ta faute. Tu te tournes vers Maria, réfléchissant au sujet de cette petite que tu viens de rencontrer. Tu ne sais pas grand chose sur elle et tu as du mal à comprendre ses actes, elle semble aussi absurde que toi. C'est peut-être pour cela que tu l'apprécie un petit peu, même si tu ne la connais pas tellement. Tu lui souris alors doucement, prenant un air doux que tu n'as jamais fait à personne, à part à ton familier.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Ven 12 Aoû - 11:52

Papa, c’est le meilleur comme nous le disions, mais Maria ne se fait pas facilement d’ami ou de proche. Sa tendance à vouloir manger de tout sans prendre en compte qui est dans son entourage la rend passablement dangereuse. Mais oui ma mignonne, tu es une véritable terreur. Il est préférable de t’avoir pour alliée que pour ennemie. Cependant, une fois que tu as quelqu’un près de toi, dans ton petit cœur… Alors cette personne obtient une formidable alliée. Enfin, quand cette dernière n’est pas en train de dormir, de réclamer à manger ou de suivre sa nourriture pour la déchiqueter en mille morceaux comme ça l’exalte.

Arwen répond aux dires de Selmek. Un ancien soldat, cette information te fait tout drôle. En quoi cet homme était un soldat ? Pour toi, ces mots ne vont pas. Pourquoi ? Mais tout simplement parce qu’il n’en a pas la tenue. Tu ne comprends pas que cela relate du passé. Pour toi, l’ensemble n’appartient qu’au présent. Pauvre enfant, tu es vraiment une plaie.

Il ajoute n’être qu’un vagabond qui ne fait que vivre sa vie. Là, tu te mets à l’observer de tes grands yeux. Un vagabond. Ton esprit en vient à te faire penser : * Est-ce que cela lui convient ? * Ou quelque chose du genre. Tu n’es pas véritablement sûr cependant, tu trouves sa mine triste. Selmek n’ajouta rien, se contentant de rester là, ses bras croisés, baissant la tête. Lui aussi avait souffert de la guerre, mais Isis lui avait permis de remonter la pente. Peut-être était-ce qui lui manquait, une personne sur qui s’appuyer. Tu observas Selmek, pensant qu’il dirait quelque chose et pourtant non, il se tue.

Maria tendit ses bras pour aller dans ceux d’Arwen, ce n’était pas dans un but égoïste, mais bel et bien parce que, pour une fois, la princesse ressentait de la tristesse comme si cette dernière venait de son sauveur. Son air doux te fait du bien, tu l’apprécies vraiment cet Amadeos. Lui, tu ne le mangeras pas, c’est certain. Alors tu regardes Isis, espérant être dans les bras de cette nouvelle connaissance masculine et tu fais la moue. Isis la connaît cette moue qui veut dire : ne lui fais rien qui lui déplaise. Elle soupire, mais sourit aussi. Aucun doute, cette femme te connaît très bien et sait ce que tu veux. Alors elle ajoute :

« Soit, nous ne ferons pas de fête. Sache cependant que nous t’en devons une. Je ne sais pas si Kurten voudra te voir par rapport à cela, ou si ça sera simplement Xiost, le frère de Maria. Mais sache que si une fois tu as besoin, avec Selmek nous, serons là. »

Oui, voilà qui te plaisait plus. Qu’il sache que désormais, il avait des alliés. Alors tu es contente et affiches un adorable sourire de princesse. La seule chose qui fait tache dans cette peinture, c’est le sang qui est sur toi. Soit, cela n’est que partie remise. Un jour, tu deviendras une Lady.
Sauvetage accidentel




HRPG: désolée du retard, j'espère que la réponse te convient <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Ven 19 Aoû - 2:54


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen
Tu observes la princesse de tes prunelles, longtemps et avec attention. C'est étrange, le sentiment que tu nourris à son égard. Tu n'as jamais ressentie ça auparavant et ça te fait tout drôle. Alors tu continues de l'observer, essayant de comprendre à qui tu avais à faire mais surtout, pourquoi est-ce que tu ressentais cela. Tu éprouves un certain intérêt pour elle, à vrai dire, tu l'as trouve étrange et cela attise ta curiosité. Des tonnes de questions germent dans ton esprit: qui es-t-elle vraiment, pourquoi ne dit-elle pas un mot, pourquoi agit-elle comme ça... Question qui resterons sûrement sans réponse avant longtemps puisque que tu ne les poseras sans doute jamais. Mais malgré tes doutes et tes incertitudes au sujet de Maria, il se trouve que dans le fond... tu l'apprécies. Pourquoi ? Aucune idée. Enfin, c'est sûrement parce que dans le fond elle te ressemble un peu. Tu retrouves parfois en elle cet air perdue, vide et fou qui te sied tant. Mais pas que. Et c'est là toute la complexité de la chose. Cette gamine, tu ne la comprends pas. Alors d'un côté tu te méfies, mais de l'autre cela t'attire.

Tu remets tes cheveux en places bien qu'ils soient toujours impeccables. De nature maniaque, tu fais cela assez souvent. Comme si tu avais toujours le besoin de te recoiffer, de refaire ta manucure ou d’épousseter tes affaires, bien que tout cela soit toujours parfaitement propre. Tu détestes avoir le sentiment que quelque chose ne va pas, et là c'est le cas. Mais cela vient sûrement de la situation que tu vis en ce moment. Tu n'es pas à l'aise, mais d'un côté tu commences à te rendre compte de l'amplitude de la situation, mais surtout de l'honneur que tu es en train de gagner. Tu as sauver la princesse, la fille de ton souverain. Et tu commences à comprendre que ce n'est pas un acte banal. De plus, la servante vient de dire que tu as désormais des gens sur qui compter. Alliés ? Le mot te fait tout drôle. Tu n'as jamais eu d'alliés à vrai dire. Enfin, il y a peut-être ton familier mais Nöm est plus un ami qu'autre chose. Même dans tes années à l'armée le mot "allié" ne faisait pas partie de ton vocabulaire. Tu as toujours été un solitaire, mais il faut croire que le vent tourne.
Tu ne sais pas comment exprimer ta gratitude -tu ne sais d'ailleurs pas exactement si tu dois être reconnaissant- alors tu baisses la tête, en signe de ta reconnaissance. Tu parles d'un air assez gêné, laissant ton air sérieux et ton regard vide pour quelque chose de plus humain.

"-Je...ne sais comment vous remerciez..."

Ce que tu murmures et un peu idiot puisque de base c'est toi qui leur as rendu service. Donc ce sont eux qui te remercies. Mais bon.

"-Je ne l'oublierai pas. Merci."

Tu te redresses, fixant Isis et Selmek d'un air sincère. Puis tu réfléchis. Tu as une idée dernière la tête et tu es en train de peser le pour et le contre. Finalement, tu préfères encore jouer la carte de la sincérité en disant clairement ce à quoi tu penses.

"-Et si jamais vous avez besoin de moi, si vous souhaitez me voir, ou si sa majesté veut me convoquer... n'hésitez pas à me contacter. Je suis peut-être un vagabond mais je suis encore fidèle à ma race."

C'est vrai que tu n'avais jamais envisager la chose depuis ton départ de l'armée, mais même si ta vie était assez rudimentaire tu n'en restais pas moins un Amaedos. L'armée t'avais de toute manière appris la fidélité, et en temps qu'Amadeos, tu continuerais de servir Kurten.
© 2981 12289 0

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Lun 29 Aoû - 16:58

Ton regard se porte sur Arwen avec tendresse, aucune hésitation, c'est devenu une sorte de copain à toi. Tu ne le considères pas vraiment comme un membre de ta famille mais il est désormais dans tes proches. Voilà qui est bien rare. Le bon côté de la chose est surtout qu'il peut désormais t'approcher sans avoir peur que tu ne l'attaques pour le manger. Quel honneur dis donc.

Scrutant tout autour de toi, tu es satisfaite du déroulement des choses mais tes petites siestes ne t'ont pas suffit. Du coup, tu retournes dans les bras de Morphée en faisant auparavant un petit signe "coucou" à Arwen pour lui dire au revoir. Sans nul doute que tu ne vas pas le revoir de suite à ton réveil.

Isis sourit, elle a comprit que tu en avais bien assez fait ainsi pour ta journée. Pas facile de n'être qu'une enfant et d'avoir malgré tout de grand pouvoir. Quand Arwen la remercie, Isis laisse échapper un léger rire de gêne, lui répondant :

«Vous n'avez nullement à nous remercier, c'est nous qui vous sommes redevable. Vous êtes bien trop élevé jeune homme. »

Ses paroles relevaient plus de son côté taquin qu'autre chose. Après tout, cet homme était semblable à un animal sauvage et vu celui qu'elle tenait dans ses bras, Isis savait comment s'y prendre. Bien que, des maladresses surviennent encore. Isis était contente de savoir que le petiot n'oublierait pas qu'ils étaient là et elle espérait un jour pouvoir lui venir en aide. Ils étaient tous des Amadeos après tout.

Sur ses dernières paroles, Isis ne put répondre. Ce fut Selmek qui vint lui tenir les propos suivant :

« Nous en prenons note. Et vos actes prouves grandement vos paroles. Ce fut un honneur de vous rencontrer, quelque soit votre nouveau mode de vie. »

Puis, se tournant vers Isis, il ajouta tendrement tout en caressant le front de la princesse qui gigotait dans tous les sens :

« Nous devrions rentrer, faire attendre notre Roi alors que nous avons enfin retrouvé sa tendre fille n'est pas recommandé. Autant vite la ramener au palais avant qu'elle ne se réveille. »

Isis rigola en ajoutant :

«Oh oui, sinon elle voudra encore s'arrêter à tous les coins de rues et manger n'importe quoi. Arwen, je suis navrée, mais nous allons devoir prendre congé. N'hésitez vraiment pas à venir nous voir si besoin. Nous en ferons de même. »

Puis elle afficha un doux sourire, comme une mère à son enfant. Isis était ainsi, protectrice envers les autres comme si c'était ses petits.
Sauvetage accidentel




HRPG: J'avoue ne plus avoir d'idée, tu peux faire clôturer le rp après ta réponse, on est clairement à la fin pour moi ^^" <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Enjoy the world of darkness
avatar
Invité

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria Dim 18 Sep - 13:05


Sauvetage accidentel
Maria & Arwen

Bien trop élevé ? Ses mots te génèrent. C'est faux, tu n'es pas si bien élevé que ça, bien au contraire. Cette femme le savait peut-être, mais il y a un côté tellement barbare en toi. C'est peut-être pour cela que tu prends des airs aussi distingué, que tu essayes d’être aussi poli et propre. Pour compenser. Comme si sur une balance, tu devais faire en sorte que ça s'équilibre. Et puis, toutes tes maladresses prouvaient bien que tu n'étais pas si à l'aise que cela. Mais qu'importe, tout ce que tu voulais c'était de paraître un minimum civilisé, du moins en présence d'autrui. Surtout quand ces tierces personnes étaient importantes.

Selmek ajouta quelques mots que tu écoutas avec attention. Au fond, ce que ces deux Amadeos te disaient te touchais un peu. Tu n'avais pas l'habitude de recevoir autant de compliments sur tes prouesses et tes paroles. C'était étrange, de se faire complimenter ainsi. Bien-sûr tu en avais déjà reçue, des compliments, quand tu étais dans l'armée. Mais c'était totalement différent. Là-bas on te félicitait pour avoir exécuter (parfois trop bien) des ordres d'un supérieur. Et ce n'était jamais quelque chose de très glorieux. De toute manière...à quoi bon féliciter quelqu'un qui est forcé de faire quelque chose ? Ça ne le pousse qu'à recommencer, comme un chien à qui on donne une friandise si il a bien obéis.
Mais là c'était différent. Ce pourquoi on te félicitait...C'était quelque chose que tu avais fais de toi même.Une initiative que tu avais pris, sans aucune personne au dessus pour te dire quoi faire. Pou rune fois que tu étais reconnu à ta juste valeur... Et même si leur mots n'étaient que pure politesse, tu t'en moquais. Ils comptaient plus pour toi que tout ce qu'on avait pu te dire auparavant.

"-Arwen, je suis navrée, mais nous allons devoir prendre congé. N'hésitez vraiment pas à venir nous voir si besoin. Nous en ferons de même."

Tu acquiesças d'un signe de tête. Il était temps de prendre congé de toute façon. Tu les remercias encore une dernière fois avant de les regarder s'éloigner au loin. Toi tu fis volte-face pour continuer ton voyage dans la direction opposée, sans vraiment savoir où tes pas te guiderons. Tu te demandas quand même si tu reverrais la petite fille un jour. Vus son sang et son statue sociale, la probabilité était plutôt fier. Et malgré les mots des deux autres, tu n'oserais sans doute pas venir la voir au château. Pourtant dans le fond, tu t'étais attaché à Maria. Première fois que cela t'arrivais d'ailleurs. C'était étrange comme sentiment. Comme si tu commençais à te dire que le futur n'était peut-être pas sis ombre et qu'il était tout de même possible de faire quelques rencontres...intéressantes.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Enjoy the world of darkness

MessageSujet: Re: TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria

Revenir en haut Aller en bas
TERMINE_Sauvetage accidentel - Ft. Maria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
+
Sujets similaires
-
» Maria Sharapova vs Xoxo Leah
» Maria Vs Vickie Guerrero
» 1st Round: Anna Kournikova vs Maria Kirilenko
» Maria Kokoe { Vampire }
» Maria Chapdelaine.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ozdrayus :: Informations :: Cimetière des Rp-

Sauter vers: